Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le beau Dioclès, poème de Callimaque

Publié le par Jean-Yves

Verse encore, remplis la coupe et la brandis

Pour boire à celui-là que j'adore, et redis :

« A Dioclès » — Que l'eau ne souille pas ma coupe

Vouée au bel enfant. Son profil se découpe

Harmonieusement sous les cieux attiédis,

Que Dioclès est beau ! Bien beau. Si tu le nies,

Que la nuit pour le soir allume son flambeau

Qu'il règne sur l'azur des plaines infinies

Et je pourrai jouir, seul, de ce qui est beau.

 

Callimaque de Cyrène (IVe siècle av. J.-C.)

Traduit par Guillot de Saix

 

Arcadie n°103/104, juillet/août 1962

 

Commenter cet article