Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les éditions Christophe Lucquin ont besoin de coups de pouce

Publié le par Jean-Yves

Il ne reste plus que 14 jours pour donner un coup de pouce aux éditions Christophe Lucquin. Le 29 décembre 2013, il sera trop tard.

 

Le Salon du livre de Paris propose une formule « coup de pouce » pour les petites maisons avec un stand de 3 m2, meublé, équipé avec une petite table pour les dédicaces, et la place suffisante pour tous les livres. C'est l'opportunité pour les éditions Christophe Lucquin de pénétrer dans la cour des grands et de gagner en visibilité.  
 
Le salon 2014 mettra à l'honneur l'Argentine ; ce qui pour cette maison, passionnée par la littérature latino, est une occasion à ne pas manquer.
 
Il faut aider cette maison d'édition à financer son stand :
 
- prix de l'emplacement : 856 euros TTC  
- frais de communication (affiches pour habiller le stand, édition de marque-pages promotionnels) et logistique (transport des livres) : environ 150 euros 
 

 

Les éditions Christophe Lucquin ont aussi besoin d’augmenter leurs tirages (1000 exemplaires minimum) pour les diffuser plus largement en librairie. Soit un autre coup de pouce pour les trois prochaines parutions :
 
- Salon de beauté par Mario Bellatin (Mexique) avec une nouvelle traduction de Christophe Lucquin. Ce livre sorti en 2000 aux éditions Stock faisait partie des finalistes du Prix Médicis étranger. Un travesti transforme son salon de beauté en mouroir pour personne atteintes d’un mal incurable. Un très beau texte où la naïveté flirte avec l’horreur qui n’est jamais dévoilée.
 
- Baudelaire par Felipe Polleri (Uruguay). Roman brutal et amer, à l’humour sauvage et macabre. Polleri raconte la vie d’un auteur fou qui raconte la vie d’un autre écrivain : Baudelaire. Ce roman concentre toutes les obsessions de l’auteur : l’enfance sans défense et humiliée, la violence, la folie, la mort, la difficile survie dans un monde où règne l’horreur.
 
- Un paysage ordinaire par Derek Munn (France). Dix-huit nouvelles qui saisissent des instants de vie ordinaire, instants de transitions, de crise, de doute. Des couples, qui vont bien, qui vont moins bien, des solitudes, des relations entre parents et enfants, le harcèlement du travail, le stress du chômage. Les difficultés de dire et de vivre dans la société actuelle. Certaines résistent, continuent, d’autres basculent dans la folie, refuge extrême.
 
 

Commenter cet article