Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les noces de haine, Maurice Périsset

Publié le par Jean-Yves

Caroline Maxence Labray est la veuve du fameux producteur de l'entre-deux guerres et la directrice du célèbre théâtre Visconti où elle règne sans partage. Mais la machinerie commence à grincer quand, de productrice, elle devient, à contre-cœur, l'actrice principale d'une intrigue qu'elle a de plus en plus de mal à contrôler.

 

Caroline Labray est remariée avec Stéphane Gardel, de quinze ans son cadet. Beau comme un dieu. Mais parce qu'il sait ce qui s'est passé, autrefois, dans la vie de sa femme, il peut lui faire beaucoup de mal, l'abattre peut-être. Il va ainsi se transformer en complice d'un lourd secret avec un jeune loup intéressé et une vieille amie/ennemie de son épouse.

 

Qui trompe qui et pourquoi ? Femme de tête et d'argent, Caroline Labray a oublié le cœur et les sentiments ; habituée à régner sans partage, elle a oublié la révolte. Alors, comme beaucoup de tyrans quand leur pouvoir chavire, elle essaie jusqu'à la fin d'entraîner les autres dans sa chute.

 

Mais l'amour qui est l'un des personnages de la distribution viendra fausser le scénario que cet esprit pervers avait envisagé. L'amour que sa propre folie ne lui avait pas permis d'entrevoir. L'amour fidélité à Ludovic Faussoy, écrivain médiocrement écarté ; l'amour passion qui lie Stéphane Gardel et Julien Mansard et sur lequel veille la vieille amie, Véronique Châtel, habituée des seconds rôles.

 

Et si Caroline était – elle aussi – une marionnette dans le jeu cruel dont elle est l'une des vedettes ?

 

Dans ce roman qui commence par un cauchemar et s'achève par un triomphe, Maurice Périsset entraîne ses lecteurs dans l'univers et les coulisses du théâtre là où l'illusion et le trompe-l’œil règnent en maîtres absolus. Il offre une étude de mœurs sur ces actrices qui, une fois leurs heures de gloire à la scène effacées, ne peuvent les oublier et cherchent par d'autres moyens, à reconquérir leur vieux pouvoir. Sans perdre de vue les seconds rôles qui gagnent très mal leur vie mais qui sont eux aussi sensibles aux mêmes drogues. De plus, il propose une belle histoire sur la fidélité, même d'outre-tombe.

 

Un polar, au final sans crime, où tout devient clair quand on apprend au dernier chapitre que deux héros s'aiment.

 

■ Editions du Rocher, collection Quai des Orfèvres, 1984, ISBN : 2268003272

 


Du même auteur : Deux trous rouges au côté droit - Les collines nues - Les tambours du Vendredi Saint - Soleil d'enfer - Le ciel s'est habillé de deuil - Laissez les filles au vestiaire - Corps interdits - Avec vue sur la mort - Les grappes sauvages - Gibier de passage

 

Commenter cet article