Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Louis II de Bavière vu par Jean-Louis Bory

Publié le par Jean-Yves

« Ludwig est le souverain de la nuit... Cette nuit, systématiquement entretenue, si Ludwig l'échafaude avec une obstination maniaque et la fastueuse puissance dont disposent les rois, c'est qu'elle est à l'image de sa nuit intérieure. L'histoire a beaucoup bavardé sur ce sujet, et Pierre Combescot, dans son récent Louis II de Bavière, paru à Edition spéciale, nous rappelle que le roi a très vite vécu son homosexualité comme un défi nocturne, très vite inséparable de la nuit de la folie, laquelle conduit au galop vers la nuit du meurtre et du suicide. L'interdiction de l'amour illicite, exaspérée par la toute-puissance royale, aboutit au souverain refus de la réalité – à la négation de tout ce qui est possible, afin d'exalter la passion de l'impossible. La nuit devient alors refuge et citadelle où l'on peut faire ce que le jour défend ; la nuit, tous les rêves sont permis, même les plus fous ; la seule lumière reste celle de l'art, lui aussi revendiqué comme refus du réel. […] La démarche de Ludwig, s'enfermant dans ses songes, est héroïque. C'est une montée vers la mort. Une ascension vers la ruine. La dépossession progressive du monde s'accompagne de la progressive création d'un autre royaume. »

 

Jean-Louis Bory

 

in Le Nouvel Observateur, 19 mars 1973

 

Commenter cet article