Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pasolini - Pig ! Pig ! Pig ! une BD de Jean Dufaux et Massimo Rotundo

Publié le par Jean-Yves

Milieu des années 90 : Antonio Scerba est inspecteur de police. Il vient d'épouser Aurélia Cantun, la fille d'un richissime notable de Rome. Sa belle famille s'est montrée charmante pendant la cérémonie.

 

La réalité est pourtant plus complexe. Le père d'Aurélia n'accepte pas son gendre qu'il juge minable. Dans une courte scène, on le voit dans les jardins de sa propriété embrasser sa fille sur la bouche et lui dire :

 

« Tu m'as obligé à accepter ce mariage. À lui sourire comme si j'avais trouvé en lui le gendre idéal ! Mais tu m'appartiens ! Et ce qui m'appartient, malgré ces apparences, je ne le donne pas ! »

 

La vie de la jeune femme comporterait-elle des zones d'ombre propices aux tricheries, aux manœuvres et aux faux-semblants ?

 

Le père d'Aurélia entretient-il une relation incestueuse avec sa fille ? Il est fort probable même si la suite de l'album n'aborde plus ce sujet. Il reste qu'Aurélia affirme vouloir « oublier » et avoir « besoin de mener une vie normale, plus simple… et avoir des enfants » avec son mari qu'elle aime.



Le patron de Scerba, le commissaire Negroni, a été contacté par un journaliste indépendant, Fabio Rinaldi, qui posséderait des éléments nouveaux pouvant relancer le dossier sur la mort de Pier Paolo Pasolini en 1975. Pour Negroni, l'affaire est classée, il s'agit seulement d'un « fait divers sordide, un pédé tué par un gamin de dix-sept ans alors qu'il tentait de le lever ». Negroni demande à Scerba de calmer l'« imagination galopante » de ce journaliste.

 

 

Quand l'inspecteur Scerba se rend au rendez-vous du journaliste, il trouve ce dernier la gorge tranchée et émasculé. Sur le mur est écrit en lettres de sang : Pig Pig Pig. Un jeune homme, Roberto, arrive sur place ; il dit à Scerba qu'un certain Guido était un contact important du journaliste à propos de son enquête sur la mort de Pier Paolo Pasolini. Roberto confie encore à l'inspecteur que ce journaliste payait aussi volontiers quelques faveurs sexuelles… faveurs qu'il propose à l'inspecteur.

 

 

Roberto met Scerba en relation avec une jeune fille, Claudia, qui pourrait l'aider à retrouver Guido…

 

Cet album est – à travers les différentes lectures de l'inspecteur Scerba – l'occasion de revivre quelques moments de la vie de Pier Paolo Pasolini :

 

 

 

L'enfance dans le Frioul ; le moment où Fellini refuse de produire son premier film, Accatone ; la passion pour l'actrice hollywoodienne Rita Hayworth ; l'atmosphère créée par une société bien-pensante qui refuse tous les comportements qu'elle ne comprend pas ; les relations sentimentales ; l'exclusion de l'école de Valvasone pour corruption de mineurs…

 

 

L'inspecteur Scerba finit par s’identifier au célèbre P. P. P., écrivain, scénariste et metteur en scène italien, hormis ce qui concerne les préférences sexuelles.

 

 

Et, comme Pasolini, Antonio Scerba vivra son ultime rencontre sur une plage d'Ostie...

 

 

 

Cette histoire est aussi celle d'une lente dépossession des êtres : qu'il s’agisse de l'inspecteur Scerba ou d'Aurélia Cantun. Cette dernière est l'objet d'une manipulation odieuse et subtile (dont Scerba, son époux, fera les frais) de la part de celui-là même qui dit l'aimer le plus.

 

 

Ce sont des mobiles simples, des pulsions primitives qui vont produire les nombreux meurtres de cette histoire d'apparence complexe : un père en mal d'identité, l'amour et la jalousie. Quoi de plus désespérément humain…

 

■ Éditions Glénat, 1993, ISBN : 2723415791

 


Lire aussi Pier Paolo Pasolini de Nico Naldini et Pasolini une rencontre de Davide Toffolo


De Pier Paolo Pasolini : Actes impurs suivi de Amado mio - L'odeur de l'Inde - Les ragazzi - Descriptions de descriptions - Comizi d'Amore : enquête sur la sexualité (film documentaire)


Lire aussi la chronique de Lionel Labosse sur son site altersexualité.com

 

Commenter cet article