Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pindare et le jeune Théoxène de Ténédos

Publié le par Jean-Yves

Pindare serait mort, à Argos en 438 av. J.-C, la tête sur les genoux du jeune Théoxène de Ténédos, à qui s'adressent les vers suivants :

 

 

C'est au bon moment que tu devais cueillir les amours,

ô mon âme, au temps de la jeunesse ;

mais celui en qui les rayons étincelants lancés par les yeux de Théoxène

ne font pas déborder le désir

doit avoir un cœur noir forgé

d'acier ou de fer par quelque froide flamme ;

dédaigné par Aphrodite aux vives prunelles,

il peine brutalement pour s'enrichir, ou bien

son âme se laisse emporter, domptée par l'impudence des femmes,

et il ne connaît d'autre voie que de les servir.

Mais moi, à cause de la déesse, comme fond à la chaleur

la cire des abeilles sacrées, je me consume

dès que j'aperçois

la fraîche adolescence des enfants.

 

Pindare

 

Pindare (tome IV : Isthmiques. Fragments), éditions Les Belles Lettres, traduction d'Aimé Puech, 4e fragment des Encômies

 

Commenter cet article