Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le rêve de Job, Jean Demélier

Publié le par Jean-Yves Alt

Dans Le rêve de Job, l'auteur met en scène des amours très particulières :

un professeur aime son élève, un policier aime son fils de seize ans et ce même policier aimera un autre policier, sans qu'aucun d'eux ne dévoile son identité professionnelle.

Au travers de ces « situations » c'est le jeu social qui est bafoué. Car le livre se termine par un chant d'amour.

Voilà le crime : l'amour est la seule force qui démolit les rouages sociaux.

Un grand récit hallucinant, féroce, ne reculant devant aucun excès.

Humour noir, confidence démesurée, sexe, amour, rage… le livre de Demélier est aussi, hors des modes, l'écrit injurieux et tendre d'un solitaire.

« Pourtant, j’en eus assez. Je me laissai tomber. J’attendis. Mais j’en eus assez d’attendre et décidai de sourire sans tarder. Cette décision en vaut une autre. Mais sourire me fatigua. J’inclinai la tête sur mon épaule, l’inclinai davantage encore et je sentis, les yeux clos, comme une brûlure soudaine, que j’en avais assez de tout. Un vent inconnu soufflait autour de moi et mes cheveux balayaient en tout sens mon visage. J’en eus alors assez d’avoir assez, de me le dire, me le répéter dans la tiède porosité de mon crâne. Je grommelai je ne sais plus quoi, rouvris les yeux, regardai autour de moi avec une soudaine vague d’intérêt, de tous côtés puis me redressai en riant aux éclats, les yeux pleins de larmes, oscillant frénétiquement sur mes pieds, tout mon corps moucheté d’une grosse et mystérieuse lumière grise rose et verte. »

■ Le rêve de Job, Jean Demélier, Editions Gallimard/Le Chemin, 1971, ISBN : 2070280683


Du même auteur : Gens de la rue - Les Nouvelles Lettres de mon Moulin

Commenter cet article