Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trois poèmes de Strabon

Publié le par Jean-Yves Alt

Le baiser rêvé

Hier, à l'heure où l'on souhaite bonne nuit

— Est-ce réalité ? n'est-ce qu'un songe preste ?

Un baiser de Noeris vint calmer mon ennui.

Je garde un souvenir précis de tout le reste ;

Des moindres questions qu'il m'a voulu poser.

Et des réponses qu'il m'a faites.

Mais nie l'a-t-il vraiment accordé, ce baiser ?

J'en doute encore et ne puis le supposer.

Si c'était vrai, porté sur le plus haut des faîtes,

Et bien loin de ce triste lieu

Moi, je serais devenu Dieu !

 

A Diphile

Nous voici tous les deux, Diphile, en bon chemin,

Il s'agit maintenant de faire longue route

Ensemble, la main dans la main,

Ecoute

Tous les deux nous tenons en ces divins instants

Qui nous joignent ici des trésors inconstants :

Moi, l'Amour et toi, la Beauté. Ce sont choses

Qui durent souvent moins que ne durent les roses,

L'Amour et la Beauté s'accordent aisément,

Dans les yeux de l'Amour la Beauté se regarde.

Dès l'abord, au premier moment

Ensuite, et si l'on n'y prend garde

De part et d'autre, on voit l'Amour et la Beauté

S'en aller librement chacun de son côté...

 

Le juste milieu

Moi, je hais les baisers qu'il faut prendre de force,

Les protestations qu'on crie ou dit tout bas, Les dérobades, les débats,

Les mains qui repoussent le torse

Il ne me plait pas plus, j'en atteste le dieu !

Qu'à peine entre mes bras un garçon s'abandonne,

Et s'offre sans réserve aux baisers que je donne,

Entre ces deux excès est un juste milieu,

J'aime qu'on se montre et se cache

Dans la crainte du repentir

Et ce qui me plaît, c'est qu'on sache

A la fois résister et pourtant consentir...

 

Strabon de Sardes (Troisième siècle avant J.-C.)

(Version inédite de Guillot de Saix)

Arcadie n°60, décembre 1958

Commenter cet article