Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une comédie sur l'homosexualité imaginée par Victor Hugo en marge d'Homère

Publié le par Jean-Yves

Victor Hugo, en relisant l'Iliade, avait imaginé une cause étrange pour la mort de Thersite.

 

Homère conte que le bouffon Thersite avait eu l'imprudence de railler Achille pleurant sur la mort de la belle Amazone Penthésilée qu'il venait de tuer.

 

Victor Hugo, lui, pour rendre Briséis jalouse, fait accuser Achille d'homosexualité, ce qu'autorisent d'ailleurs les mœurs antiques.

 

J'ai essayé de relier entre eux les quelques vers déchiffrables, complétés par de la prose exposant le sujet du poème. Des rimes sont indiquées en marge du manuscrit.

 

J'ai utilisé pour le mieux ces éléments afin d'essayer de rester conforme à l'intention du poète qui, par ailleurs, avait, avec les mêmes personnages, noté ceci :

 

Un sujet : Thersite faisant cocu Achille - comédie homérique

 

Personnages : Achille, Patrocle, Briséis (celle-ci jalouse de Patrocle et se donnant à Thersite).

 

On reconnaît là les éléments du poème projeté :

 

LA MORT DE THERSITE (1)

 

Thersite, ce bavard sans honte et sans mesure,

Habile à débiter toutes sortes d'injures

Déblatérait étourdiment contre les Rois ;

Bafouant leur pouvoir armé de trop de droits,

Soucieux seulement de provoquer le rire !

Il était, ce Thersite, impossible à décrire

Et, d'ailleurs le plus laid des Grecs, louche, boiteux

Tel que les gens railleurs le poussaient devant eux !

De ces feux qu'en riant la Nature suscite

Pour une fille, un jour, elle enflamma Thersite ;

Ces feux-là rendent fou l'être qui les reçoit

Et le plus laid aima la plus belle qui soit !

La fraîche Briséis, prêtresse de Lyrnesse,

Incomparable fleur de grâce et de jeunesse.

La clarté toujours porte une ombre à son côté,

Et la laideur sans cesse aspire à la beauté.

Thersite convoitait la captive d'Achille

Si fort qu'il en sentait en lui s'aigrir le chyle

Et pour mieux parvenir à ses fins, la rendit

Jalouse éperdument de son maître. Il lui dit

Comme elle en fleurissait l'image sur son socle :

— « Achille en ce moment te trompe avec Patrocle,

Venge-toi ». Briséis prononce en son émoi

— « Avec qui ? ».

« Le peux-tu demander ? avec moi ! »

Et Thersite, déjà, transportait dans sa tente

Entre ses bras ardents Briséis consentante,

Achille alors surgit qui le surprit à point

Et l'assomma d'un brusque et massif coup de poing.

Achille aux pieds légers avait lourde la poigne

Ainsi que cette mort de Thersite en témoigne ;

Devant lui, Briséis brillait comme un flambeau !

A son reflet, le monstre, en mourant, devint beau.

Et cela confirma le dit d'un vieil augure :

« Il n'est laideur qu'un jour l'Amour ne transfigure ».

 

On ne cesse de faire des découvertes en consultant, comme depuis soixante ans je le fais, les brouillons de Victor Hugo.

 

(1) Les vers en italique sont ceux de Victor Hugo qui sont restés lisibles.

 

Arcadie n°123, Guillot de Saix, mars 1964

 

Commenter cet article