Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #citations tag

Ecrire le désir (6/7)

Publié le par Jean-Yves

« Le désir dit : "Je ne voudrais pas avoir à entrer moi-même dans cet ordre hasardeux du discours ; je ne voudrais pas avoir affaire à lui dans ce qu'il a de tranchant et de décisif ; je voudrais qu'il soit tout autour de moi comme une transparence calme, profonde, indéfiniment ouverte, où les autres répondraient à mon attente, et d'où les vérités, une à une, se lèveraient ; je n'aurais qu'à me laisser porter, en lui et par lui, comme une épave heureuse." »


■ Michel Foucault, L'ordre du discours

Voir les commentaires

Ecrire le désir (5/7)

Publié le par Jean-Yves

« Et ce pouvoir qu'ils ont, ce souffle dont ils font frissonner nos tempes, ne tient pas à leur air secret, à leur silence, à leur propos, mais à cette présence en eux et autour d'eux, qui les dépasse. Je dirais volontiers qu'ils ont des anges gardiens géants, c'est-à-dire si présents, si forts, qu'on arrive à en éprouver le poids. »


■ Patrick Drevet, Huit petites études sur le désir de voir


Voir les commentaires

Ecrire le désir (4/7)

Publié le par Jean-Yves

« Mais les gens comme nous brûlent d'un feu discret,


Avec qui pour toujours, on est sûr du secret.


Le soin que nous prenons de notre renommée


Répond de toute chose à la personne aimée ;


Et c'est en nous qu'on trouve, acceptant notre cœur,


De l'amour sans scandale et du plaisir sans peur. »


Molière, Tartuffe


Voir les commentaires

Ecrire le désir (3/7)

Publié le par Jean-Yves

« Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures ; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine. »


■ Baudelaire, Petits poèmes en prose

Voir les commentaires

Ecrire le désir (2/7)

Publié le par Jean-Yves

« Mes mains, tout à fait inconsciemment, commencèrent un geste qu'on ne leur avait jamais enseigné. Je sentis un je ne sais quoi secret et radieux bondir rapidement à l'attaque, venu d'au-dedans de moi. Soudain la chose jaillit, apportant un enivrement aveuglant. »


■ Yukio Mishima, Confession d'un masque

Voir les commentaires