Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #communique tag

Les dix et une nuits de Jean Barraqué et Michel Foucault à Trélévern par Christian-François de Kervran

Publié le par Jean-Yves Alt

Au printemps 1952 le philosophe Michel Foucault et Jean Barraqué, compositeur de musique sérielle, passent onze nuits au bord de mer dans le village de Trélévern (Côtes-du-Nord). Ils sont jeunes, respectivement vingt-six et vingt-quatre ans et encore inconnus. En 1951 Foucault a été reçu à l’agrégation de philosophie. En 1952 il obtient un diplôme de psychologie pathologique. Barraqué vient d’achever l’écriture de sa Sonate pour piano commencée deux années auparavant.

Barraqué est pratiquement un enfant du pays et il fait découvrir sa Bretagne au poitevin Foucault. Ils sont amis depuis quelques mois seulement. La liaison, passionnelle et orageuse, de ces deux écorchés, dont ce texte fait résonner quelques échos, durera jusqu’en 1956, Barraqué prenant l’initiative de la rupture.

D’après documents et témoignages familiaux, l’auteur, tout en restituant les pompes et les œuvres de ce coin de Bretagne au tout début des années 50, fait valoir les paris idéologiques et culturels, entre doutes et espoirs, des jeunes Foucault et Barraqué, qui, malgré leur actuelle différence de notoriété, deviendront tous deux d’importants novateurs dans la pensée et dans l’art du XXe siècle.

Les dix et une nuits de Jean Barraqué et Michel Foucault à Trélévern par Christian-François de Kervran

Christian-François de Kervran est le pseudonyme d’un universitaire et essayiste, fin connaisseur de la Bretagne et de son folklore. Il a publié des études sur poètes et romanciers de l’Ouest, entre autres Tristan Corbière, Max Jacob et Henri Queffélec.

■ Les dix et une nuits de Jean Barraqué et Michel Foucault à Trélévern par Christian-François de Kervran, Editions Quintes-Feuilles, 83 pages, mai 2016, ISBN : 978-2955139912, 16€

Voir les commentaires

Paris joyeux à la Galerie Au Bonheur du Jour

Publié le par Jean-Yves Alt

Nicole Canet

et la Galerie Au Bonheur du Jour

présentent un nouvel accrochage sur le thème du :

Paris joyeux : Le Bal Tabarin 1930, les bars de nuit 1945 et la folle époque existentialiste 1950 de St-Germain des Prés au "Vieux Colombier"

Ainsi que de rares et inédites photos du Baron von Gloeden

et un nouveau tableau d'un nu masculin de Soungouroff de 1942.

Paris joyeux à la Galerie Au Bonheur du Jour

Nickolas Muray – Music-Hall – 1931

NOUVELLE ADRESSE

Galerie Au Bonheur du jour

1 rue Chabanais - 75002 Paris

01.42.96.58.64

du mardi au samedi 14h30 – 19h30

Voir les commentaires

Jeu « Ado-Sexo : quelles infos ? » disponible à l'association Cadis

Publié le par Jean-Yves Alt

L’association clermontoise CADIS*

propose à la vente un outil d'intervention en santé sexuelle en direction des adolescents de 12 à 20 ans :

« Ado-Sexo : quelles infos ? »

Outil conçu pour aider les éducateurs dans leurs interventions avec les jeunes sur 11 thématiques : relation amoureuse, agressions sexuelles, orientation sexuelle, identité sexuelle, puberté, relations sexuelles, IST, contraception, grossesse, IVG, respect de soi et des autres.

32 euros + 5 euros de frais d'envoi

Mode de paiement : (CADIS, association non assujettie à la TVA)

• chèque bancaire ou postal à l'ordre du CADIS

• virement administratif

Jeu « Ado-Sexo : quelles infos ? » disponible à l'association Cadis

En savoir plus

Association Cadis – 30 rue Etienne Dolet – Espace Guy Vigne

63000 Clermont Ferrand

04 73 34 12 12

outils@cadis-auvergne.fr

Facebook

Jeu « Ado-Sexo : quelles infos ? » disponible à l'association Cadis

* Centre d'Accueil pour la Documentation et l'Information sur la Santé Sexuelle

Voir les commentaires

La course au bonheur : histoire d’une vie, gay de Benoît Lapouge

Publié le par Jean-Yves Alt

Ce récit est une tentative d’écrire une expérience de vie : suite d’images documentarisées - à travers une subjectivité et une intimité revendiquée - dès les premières pages.

Album-Souvenirs : impressions tour à tour graves, heureuses, douces-amères ou acides, dont on tourne les pages définitivement pour liquider le passé, émaillé d’incursions heureuses, vers le vierge, le vivace et le si bel aujourd’hui et qui colle le plus possible à la réalité de la vie gay contemporaine enchâssée qu’elle est dans cette promenade amoureuse d’en France et qui a toujours gardé en ligne de mire et comme horizon définitif la réalité urbaine et Paris.

Ce n’est pas un récit sur le sida même si l’évocation de la mort rouge en est, même ténu, le fil rouge. En même temps, nier ce fait, à un moment donné, nos vies vécues n’ont-elles pas été, en masse, des paysages de cimetière ?

C’est là, sans doute que "La course au bonheur", retrouve l’universel : d’une particularité, cette expérience de la vie gay, décrite presque phénoménologiquement, affrontée à la question non-paritaire et non-communautariste qu’est la confrontation avec la maladie, la mort, le deuil, et parle pour toute une et tout un.

« C'est peut-être violent, mais j'avais besoin de liquider ce passé, pour ne pas faire du surplace et rester là à remâcher tristement le passé comme un insipide brouet, quand la vie, est là au coin de la rue. »

La course au bonheur : histoire d’une vie, gay de Benoît Lapouge

Vingt-cinq millions de morts estimés, mais vilipendés aussi et sans doute autant de personnes qui les ont accompagnés, dont les décès ont, surtout au début de la pandémie, été invisibilisés, dissimulés, sous toutes sortes de noms comme les célèbres maladies tropicales car morts honteuses indignes d’un hommage.

C'est aussi l’existence des quartiers gay : réalité mondiale, gay, c’était dehors, le trottoir, les rues : Some streets in lives and towns : a great movie, bollywood style, colored and queer.

Autant d’arrêts sur images et sur mots, certes, mais jamais statufiés, fossilisés dans le passé, car le récit est un chant d’amour à la vie présente, vivante et s’achève sur un hommage vibrant à l’amour présent. Vive la vie !

■ La course au bonheur : histoires d’une vie, gay de Benoît Lapouge, éditions L'Harmattan, février 2016, ISBN : 978-2343079257, 21€85

Voir les commentaires

Prix du roman gay 2015 : le palmarès

Publié le par Jean-Yves Alt

Le PRIX DU ROMAN GAY (troisième édition) a été attribué le 6 janvier 2016

Le Palmarès :

PRIX DU ROMAN GAY 2015 :

« RAINBOW WARRIORS » de Ayerdhal aux ÉDITIONS AU DIABLE VAUVERT

Prix du roman gay 2015 : le palmarès

Mention Spéciale du Jury :

« LES RUELLES DES PIEDS NUS » de Hicham Tahir aux ÉDITIONS CASA EXPRESS

Coups de Cœur :

« GARDE TON DERRIÈRE FERMÉ » de Jaffar aux éditions CreateSpace Independent Publishing Platform

« UNE VIE SÉDUIRE » de Bernard Hennebert aux ÉDITIONS ADEN

Mention spéciale pour l’ensemble de son œuvre à :

Sébastien Monod

Ce Prix Littéraire est une initiative des Éditions du Frigo

La première édition du PRIX DU ROMAN GAY a été attribué en 2013 à Paris (Galerie Talmart) récompensant « MIMI » de Sébastien Marnier chez Fayard, ainsi que les auteur(e)s David Lelait-Helo, HichamTahir, Didier Malhaire, Lily S. Mist et Ji Ro.

En 2014 à Liège (Le Casse du Siècle) furent récompensés : « TANT QUE JE SERAI EN VIE » d’Olivier Charneux aux Éditions Grasset, ainsi que les auteurs Bowen Moon et Guy Torrens.

Les romans sélectionnés pour ce prix sont de langue française originale et appartiennent principalement à une littérature d'inspiration homosexuelle.

La notoriété, le genre et l'orientation sexuelle (dont l'abstinence) des auteurs ne rentrant évidemment pas en ligne de compte, écrivains avant tout.

La participation des auteurs auto édités et des petits éditeurs indépendants voire alternatifs, sont la bienvenue. Ce concours, non ghettoïsant, étant avant tout une initiative visant à favoriser leur visibilité.

La sélection du Prix du roman gay 2016 est d’ores et déjà ouverte :

contact@editionsdufrigo.com

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>