Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #communique tag

La course au bonheur : histoire d’une vie, gay de Benoît Lapouge

Publié le par Jean-Yves Alt

Ce récit est une tentative d’écrire une expérience de vie : suite d’images documentarisées - à travers une subjectivité et une intimité revendiquée - dès les premières pages.

Album-Souvenirs : impressions tour à tour graves, heureuses, douces-amères ou acides, dont on tourne les pages définitivement pour liquider le passé, émaillé d’incursions heureuses, vers le vierge, le vivace et le si bel aujourd’hui et qui colle le plus possible à la réalité de la vie gay contemporaine enchâssée qu’elle est dans cette promenade amoureuse d’en France et qui a toujours gardé en ligne de mire et comme horizon définitif la réalité urbaine et Paris.

Ce n’est pas un récit sur le sida même si l’évocation de la mort rouge en est, même ténu, le fil rouge. En même temps, nier ce fait, à un moment donné, nos vies vécues n’ont-elles pas été, en masse, des paysages de cimetière ?

C’est là, sans doute que "La course au bonheur", retrouve l’universel : d’une particularité, cette expérience de la vie gay, décrite presque phénoménologiquement, affrontée à la question non-paritaire et non-communautariste qu’est la confrontation avec la maladie, la mort, le deuil, et parle pour toute une et tout un.

« C'est peut-être violent, mais j'avais besoin de liquider ce passé, pour ne pas faire du surplace et rester là à remâcher tristement le passé comme un insipide brouet, quand la vie, est là au coin de la rue. »

La course au bonheur : histoire d’une vie, gay de Benoît Lapouge

Vingt-cinq millions de morts estimés, mais vilipendés aussi et sans doute autant de personnes qui les ont accompagnés, dont les décès ont, surtout au début de la pandémie, été invisibilisés, dissimulés, sous toutes sortes de noms comme les célèbres maladies tropicales car morts honteuses indignes d’un hommage.

C'est aussi l’existence des quartiers gay : réalité mondiale, gay, c’était dehors, le trottoir, les rues : Some streets in lives and towns : a great movie, bollywood style, colored and queer.

Autant d’arrêts sur images et sur mots, certes, mais jamais statufiés, fossilisés dans le passé, car le récit est un chant d’amour à la vie présente, vivante et s’achève sur un hommage vibrant à l’amour présent. Vive la vie !

■ La course au bonheur : histoires d’une vie, gay de Benoît Lapouge, éditions L'Harmattan, février 2016, ISBN : 978-2343079257, 21€85

Voir les commentaires

Prix du roman gay 2015 : le palmarès

Publié le par Jean-Yves Alt

Le PRIX DU ROMAN GAY (troisième édition) a été attribué le 6 janvier 2016

Le Palmarès :

PRIX DU ROMAN GAY 2015 :

« RAINBOW WARRIORS » de Ayerdhal aux ÉDITIONS AU DIABLE VAUVERT

Prix du roman gay 2015 : le palmarès

Mention Spéciale du Jury :

« LES RUELLES DES PIEDS NUS » de Hicham Tahir aux ÉDITIONS CASA EXPRESS

Coups de Cœur :

« GARDE TON DERRIÈRE FERMÉ » de Jaffar aux éditions CreateSpace Independent Publishing Platform

« UNE VIE SÉDUIRE » de Bernard Hennebert aux ÉDITIONS ADEN

Mention spéciale pour l’ensemble de son œuvre à :

Sébastien Monod

Ce Prix Littéraire est une initiative des Éditions du Frigo

La première édition du PRIX DU ROMAN GAY a été attribué en 2013 à Paris (Galerie Talmart) récompensant « MIMI » de Sébastien Marnier chez Fayard, ainsi que les auteur(e)s David Lelait-Helo, HichamTahir, Didier Malhaire, Lily S. Mist et Ji Ro.

En 2014 à Liège (Le Casse du Siècle) furent récompensés : « TANT QUE JE SERAI EN VIE » d’Olivier Charneux aux Éditions Grasset, ainsi que les auteurs Bowen Moon et Guy Torrens.

Les romans sélectionnés pour ce prix sont de langue française originale et appartiennent principalement à une littérature d'inspiration homosexuelle.

La notoriété, le genre et l'orientation sexuelle (dont l'abstinence) des auteurs ne rentrant évidemment pas en ligne de compte, écrivains avant tout.

La participation des auteurs auto édités et des petits éditeurs indépendants voire alternatifs, sont la bienvenue. Ce concours, non ghettoïsant, étant avant tout une initiative visant à favoriser leur visibilité.

La sélection du Prix du roman gay 2016 est d’ores et déjà ouverte :

contact@editionsdufrigo.com

Voir les commentaires

« Cartes du corps » ou « Liberté & Homosexualité », travail photographique de Daniel Nassoy

Publié le par Jean-Yves Alt

Daniel Nassoy vous invite à découvrir son travail photo « Cartes du corps » ou « Liberté & Homosexualité » qu'il exposera au Bar La Mine à Paris du 12 janvier au 15 février 2016 et aussi au Festival Européen de la Photo de Nu à Arles du 6 au 16 mai 2016.

Daniel Nassoy découvre la photographie en photographiant Paris en argentique noir et blanc et en développant lui-même ses photos.

La trajectoire de « photo’graphiste » de Daniel Nassoy a commencé par la création avec des moyens très simples – quelques lumières, une tenture noire – d’un petit théâtre nocturne où il a exploré les corps nus masculins. De nombreux modèles se sont prêtés à ce jeu fantasmatique, où l’objectif tendait un miroir aux désirs et aux rêves de chacun.

Depuis 2014, Daniel Nassoy travaille sur une série plus revendicative « Cartes du corps » pour soutenir le combat contre l’homophobie, le rejet et la condamnation des personnes LGBT.

« Liberté et homosexualité »

Les cartes du corps de Daniel Nassoy

Se nombreux pays condamnent de nos jours l'homosexualité, où la peine de mort est encore appliquée.

Dans un rapport publié le 25 juin 2013, Amnesty International pointe du doigt la montée des agressions, emprisonnements et crimes dont sont victimes les personnes homosexuelles et transsexuelles.

Daniel Nassoy réalise un travail photographique de nus masculins avec incrustation de drapeaux et cartes des pays où la peine de mort est encore appliquée lorsque l'on est homosexuel(le) ou transsexuel(le). Il travaille aussi sur d'autres pays où il reste encore beaucoup à faire. Etc.

Le photographe travaille également avec les drapeaux et cartes des pays où l’homosexualité est un droit et où le mariage des couples homosexuels est légalisé.

« Cartes du corps » ou « Liberté & Homosexualité », travail photographique de Daniel Nassoy

Les cartes deviennent alors les veines des corps ou parfois les meurtrissures dans lesquels elles se retrouvent incrustées.

En savoir plus

cartes du corps from MenOf MyDreams on Vimeo.

Voir les commentaires

Dernier mois pour Culture et Débats

Publié le par Jean-Yves Alt

Avec la fin de l'année 2015, cessera la publication régulière des articles sur ce blog. Le dernier article est programmé pour le 31 décembre 2015 à 23h59. Peut-être que d'autres articles verront le jour... en 2016.

Merci à tous mes lecteurs.

Jean-Yves Alt

Voir les commentaires

L'homme à la tâche, photographies de Marc Martin à la galerie « Au Bonheur du Jour »

Publié le par Jean-Yves Alt

A l'occasion de la sortie du livre « Dur Labeur », le photographe Marc Martin et la galerie « Au Bonheur du Jour » vous convient à une exposition inédite :

« L'homme à la tâche »

Photographies de Marc Martin

Exposition / Vente du 2 décembre 2015 au 9 janvier 2016

Vernissage, sur invitation, le 1er décembre de 17h à 22h

« A mes yeux, la virilité naturelle n’est pas dans la représentation d’un corps reproducteur. Arborer fièrement un pénis en érection ne suffit pas à se définir en homme. Pas plus qu’un sexe au repos ne libère une situation de son caractère pornographique. A mon goût, l’érotisme au masculin se profile dans les contours et les contre-jours.

Loin d’être hors sujet, le sexe mâle n’est donc pas au cœur de mon travail. Mais l’homme, lui, l’est. Habiter un corps masculin, c’est abriter des énigmes, des failles, des ambiguïtés, des contradictions aussi. Se jouer des codes, se réjouir de compromis, et jouir de tant d’options : mes photos ne montrent pas tous les possibles masculins… La vérité, plurielle, se cache en coulisses. Se pencher sur l’envers du décor, c’est se positionner acteur ou voyeur. Hors champ, l’obscénité côtoie la candeur. »

Marc Martin

L'homme à la tâche, photographies de Marc Martin à la galerie « Au Bonheur du Jour »

L'ouvrier, le paysan, le manuel, constants virils de nos imaginaires, passés ou contemporains, constituent le fil rouge de cette exposition mêlant les installations et photos de Marc Martin aux oeuvres anciennes réunies par Nicole Canet.

Homme à la tâche, a priori, n’est pas en posture de séduction. Pourtant, « Dur Labeur » s'attache à ces hommes à l'ouvrage et s'attarde à la dimension du plaisir qu'ils procurent ; du plaisir que ces hommes donnent à leur insu au plaisir qu'ils prennent à prendre la pose. Dans leur fonction ou leurs fictions.

Un univers masculin, fantasmatique et subtilement érotique : c'est ce voyage sensuel, en terre d'humanité, que vous proposent Marc Martin et Nicole Canet.

Galerie Au Bonheur du jour

11 rue Chabanais - 75002 Paris

01.42.96.58.64

du mardi au samedi 14h30 – 19h30


Lire l'article d'Agnès Giard "Qu’est-ce que c’est un homme ?" paru dans le quotidien Libération

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>