Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #livres pour les plus jeunes et les autres tag

Zapinette chez les Belges, Albert Russo

Publié le par Jean-Yves

Voici Zapinette propulsée en Belgique avec son loufoque tonton homosexuel ("mots sessuels") dénommé Albéric et surnommé par l'infernale gamine "Tintin Bins".. Elle aurait préféré le club de Los Schtroumpfos sur la Costa Brava, mais les aventures qu'elle y vivra seront plus rocambolesques et fantasques que jamais. Son tonton, est à la recherche d'un trésor que lui aurait légué son arrière-grand-père, Popol.


Zapinette est guidée dans cette chasse au trésor par un Esprit qui a choisi d'entrer en communication avec elle. Et lorsque son tonton Albéric disparaît mystérieusement dans une galerie d'africaniste, Zapinette ira jusqu'à se mettre en rapport avec le fantôme de leur ancêtre et fera appel à un sorcier congolais. Elle devra même consulter un masque afin de pouvoir obtenir la libération de son oncle.


Ce voyage, drôle et insolite, est aussi une balade instructive : le lecteur parcourt un petit pays au grand cœur et aux insolubles problèmes linguistiques, en découvre les particularismes et l'histoire au centre d'un récit où le rire et le mystérieux ont décidé de se donner la main pour une nouvelle aventure de Zapinette.


Zapinette est une drôle de petite fille, une sorte d'ouragan de la famille de Zazie de Raymond Queneau. Un rêve d'écrivain ! Un personnage trublion qui, du haut de ses douze ans, nous décrit le monde dans lequel, sérieux et naphtalines dans nos conventions, nous évoluons.


Zapinette, les conventions, elle les dynamite ! Avec toute la justesse de vue des enfants et cette logique qui nous paraît bizarre parce qu 'absolue, sans concession. En fait, c'est nous qui l'avons perdue de vue, la logique. Malgré notre rationalisme, nos maximes et nos règles de vie (qui s 'y conforme réellement, totalement ?). Zapinette observe nos entorses, nos grands-écarts, nos contorsions pour tâcher de retomber sur nos pieds, oublier qu 'une fois déplus, nous venons de nous trahir. De trahir l'enfant qui est en nous et que nous ne voulons plus connaître. Au nom de notre statut d'adulte. Zapinette possède des armes. Un jugement foudroyant, une intelligence des gens, une capacité d'indignation et de colère qui pulvérise l'adversaire. Et quand l'énergie est trop forte, qu'elle est au bord de l'implosion, elle se tourne vers son paratonnerre : Tonton.



Ah, son Tonton ! Comme elle l'aime ! Tout en illustrant avec constance le proverbe : "Qui aime bien châtie bien". Car il en voit de toutes les couleurs, le brave homme. C'est qu 'il n 'est pas habitué aux enfants, il n 'en a pas. Et qu 'il a beau représenter le monde des adultes, il est depuis toujours dans la marge, dans la lune, hors de tout. Et puis, lui aussi, il l'aime, sa Zapinette. On peut même dire que, sans en avoir l'air, il lui donnerait quelque chose qui ressemble à une éducation. Une éducation solide, faite de liberté, de fantaisie et de culture. Qu 'il comblerait le vide de ces papas que maman n'arrive pas à garder. Ou ne veut pas garder. Zapinette le sait bien, même si la "féministe " qu 'elle est le houspille souvent... Albert Russo nous offre un personnage jubilatoire, avec un cœur énorme (à la mesure de ses colères, et elles sont nombreuses). Avec talent, il nous le montre à travers les yeux sans complaisance d'une enfant. Et c 'est une réussite. Car le regard est bien celui, recréé, d'une gamine qui ne comprend pas toujours ce qui se passe. Ce n 'est pas de son âge, dans le sens où ça ne fait pas partie de ses préoccupations. Et pourtant, se dessinent devant nous des portraits d'une grande finesse, des personnages riches... Et puis, il y a le langage. Du grand art. Albert Russo joue des mots en virtuose. Comme pour dénoncer, avec humour, les travers de notre société. Elle ose tout. Tord le vocabulaire, invente des mots. Mais jamais de manière gratuite. C'est qu 'elle traque leur "substantifique moelle ". Avec une créativité bouillonnante. Les aventures de Zapinette sont censées être écrites pour des lecteurs de 10 à 14 ans. Franchement, c 'est tellement drôle, tellement bien écrit, avec plusieurs degrés de lecture, qu 'on peut s'en régaler à tout âge. Ce serait vraiment dommage de s'en priver. Jubilatoire !


Ed. Hors Commerce, Collection Hors bleu, 2002, ISBN : 2910599965



Lire aussi la chronique de Lionel Labosse sur son site altersexualité.com


Du même auteur : Sang mêlé ou ton fils Léopold


Voir les commentaires

Des dragons à Manhattan, Francesca Lia Block

Publié le par Jean-Yves

Neuf nouvelles originales mettant en scène des adolescentes, aux surnoms étranges, qui vivent des situations difficiles: mère folle qui se suicide, père transsexuel, ex-enfants-vedettes, punks, rockers, homosexuels, drogués, etc. Elles trouvent toutes des moyens de s'en sortir et finissent par émerger de leur passé, souvent dur et violent.


Lire la nouvelle : « Des dragons à Manhattan » : Un jeune garçon se moque de Tuck parce que cette dernière a “ deux mamans, pas de papa ”, ce qui provoque le départ de la jeune fille sur les lieux de sa naissance en quête de son père :


« Je savais que j’avais un père. Je voulais le trouver, (…) Il porterait un costume et irait à un vrai travail dans un bureau comme les autres pères (…), il se raserait le matin et son menton serait déjà piquant l’après-midi. » (p.52)


Tuck finalement va découvrir la véritable identité de son père, Irving Rose, il n’est autre qu’Izzy, son autre mère. C’est une transsexuelle, un homme qui est devenu une femme. Il y a là une véritable volonté de se démarquer d’une société normalisante : l’identité masculine ou féminine n’est pas acquise mais apparaît plutôt comme une construction sociale. Tuck est forcément surprise, mais elle accepte tout de suite ce choix tant elle aime ses parents.


« Je vous aime toutes les deux, dis-je. Même si j’aurais préféré que vous ressembliez plus à des parents normaux. (…) Je vous aime tous. Anastasia, Izzy, et Irving aussi. Je vous aime tous. » (p.94)


in « LES PETITES DEESSES » (Nouvelles), Ecole des Loisirs (coll. Médium), 1999, ISBN : 2211044816



Lire aussi la chronique de Lionel Labosse sur son site altersexualité.com


Voir les commentaires

Atlas des géographes d'Orbæ, François Place

Publié le par Jean-Yves

Explorateurs en herbe ? Candidats au voyage ? François Place vous propose le plus palpitant des périples à travers 26 destinations et 26 cartes pour vous guider.


Cet Atlas des géographes d'Orbæ (en 3 volumes) est né d’une curiosité pour les cartes anciennes et la littérature de voyage. Du pays des Amazones jusqu’au pays des Zizotls, François Place vous raconte, de A à Z, vingt-six pays imaginaires illustrés par des cartes merveilleusement imprécises, belles comme des enluminures, produisant une troublante nostalgie d'un monde, aux frontières du fantastique. La cartographie est le lieu de tous les récits : nommer un lieu, quel qu’il soit dans le monde, c'est avant tout se raconter une histoire.



Les illustrations sont à l'échelle de la miniature persane. Aussi deviendrez-vous les Gullivers étonnés et ravis de ces mondes lilliputiens. Vous pourrez certes mettre un nom de notre mappemonde sur chacune des contrées parcourues, mais très vite des détails insolites vous jetteront un doute : ce qui vous donnera l’attrait de l'incertain à votre découverte soudain troublée. Chaque exploration a son point de départ plausible, son héros, sa quête que les rencontres infléchiront vers un inconnu qui surprendra votre imagination, même riche de lectures de toute sorte. Mais cet inconnu gardera toujours la force du réel : François Place a simplement inventé des aberrations parfaitement véridiques. Il n’a pas créé un monde fermé, fini. Le pays de la Mandragore est sur la route du pays de Jade mais certains endroits peuvent se situer n'importe où. Vous serez libre de vous promener à votre guise, dans l’ordre qui vous plaira. Quand vous visitez un pays, vous n'en faites jamais le tour. Heureusement, il reste toujours quelque chose à découvrir. Vous pouvez toujours y revenir avec la certitude d’y faire de nouvelles découvertes. Eh bien, pour cet atlas, c'est pareil !



Vous trouverez toutes sortes de mots dans ces récits, certains nous emmèneront vraiment « loin », comme ceux qui parlent de la politesse des pieds, ceux qui désignent le si beau et si étrange douroucouli mélancolique. Vous y apprendrez aussi que la bienséance dans les auberges du pays des Lotus préconise que l'on ne vide pas son verre d'un trait, par respect pour le Roi des Eaux ; ou encore que les lueurs vertes des tours de veille dans les montagnes de la Mandragore sont le moyen pour les guerriers inhumés de protéger leur territoire. Les détails insolites des coutumes de chaque peuple sont ainsi mentionnés dans des lexiques méticuleusement annotés et illustrés par l'auteur. Forêts, lacs, rivières, plantes et animaux sont dépeints avec un réalisme étonnant avec les habits, les mœurs, les coutumes, les croyances et les religions de leurs habitants.



Adultes, adolescents et enfants, vous êtes cordialement invités à ces voyages.

« Orbæ est une île, une couronne posée sur la mer, vaste comme un royaume. Des falaises blanches, rectilignes, infranchissables. Un seul accès, une seule ville, un seul port, ouvert aux seuls vaisseaux étrangers. Des terres intérieures immenses qui n'ont pas encore délivré leur secret. Un anneau de brouillard, infranchissable sans l'aide de la guilde des Aveugles, tourne entre les Terres Intérieures et la couronne des falaises. Ce sont les Fleuves de Brume, qui se gonflent et s'affaissent du lever au coucher du soleil : le souffle d’Orbæ visible, paraît-il, de très loin sur la mer, les marins superstitieux parlent de son "haleine". » (page 94, tome II)



■ Du pays des Amazones aux îles Indigo. Atlas des géographes d'Orbæ, Casterman / Gallimard, 1996, ISBN : 2203142448

■ Du pays de Jade à l'île Quinookta. Atlas des géographes d'Orbæ, Casterman / Gallimard, 1998, ISBN : 2203142642

■ De la rivière rouge au pays des Zizotls. Atlas des géographes d'Orbæ, Casterman / Gallimard, 2000, ISBN : 2203142790



Cet article est également publié sur le site de Castalie


Voir les commentaires

Tout contre Léo, Christophe Honoré

Publié le par Jean-Yves Alt

La douleur du mensonge P'tit Marcel a dix ans et doit son surnom tenace à son rang de benjamin au sein d'une famille soudée, complice et très contemporaine.

Trois grands frères : Tristan Grandes Dents, Pierrot Rigolo, Léo Le Plus Beau, bien plus fragiles que Marcel lorsque le drame s'abat sur la maisonnée : Léo, dont la beauté « fait partie de l'orgueil de la famille », annonce un soir qu'il a le sida. Le mal-être des grands n'est rien à côté de la rage du plus jeune, tenu hors de la confidence qu'il a néanmoins surprise.

Au malheur s'ajoute le mensonge, lâcheté protectrice qui blesse sans préserver. Marcel se révoltera, exigera l'aveu de la vérité, le partage avec ce grand frère qui échappe aux conventions des adultes. « Léo, tu n'es qu'un petit révolutionnaire réactionnaire », lui lançait son père déstabilisé. C'était avant que tout ne vole en éclats, comme les vitres de la médiathèque, brisées dans un élan rageur. Comme une chrysalide qu'il faut éventrer pour accoucher de sa maturité. Grâce à Léo, tout contre Léo, pour un jour savoir qu'on a pu réussir «à grandir sans lui». Lorsque les deux frères sont réunis à Paris, l'échéance fatale du sida est un temps occultée par l'observation du génie de la Bastille. « Ça a dû lui faire drôle au gamin, quand, d'en bas, il s'est vu en haut de cette colonne. » Un livre formidable, poignant et juste, qui réussit le miracle de dire le « je » d'un enfant de dix ans. Avec des sautes d'humeur et de registre, qui rendent la vivacité comme la nécessité de l'interrogation de l'enfant sur le monde.

Le Monde des Livres, PHILIPPE-JEAN CATINCHI, 3 mai 1996

« Tout contre Léo » n’est pas un livre sur le sida, mais sur la responsabilité qui n’est pas prise dans la famille pour gérer un drame annoncé.

Tout contre Léo, Christophe Honoré, Ecole des Loisirs, Collection Neuf, 1996, ISBN : 221103778X


Lire aussi sur ce blog, l'adaptation cinématographique du livre « Tout contre Léo » par Christophe Honoré lui-même.

Ce livre a pour suite : « Mon cœur bouleversé ».


Du même auteur : Noël, c'est couic ! - Je ne suis pas une fille à Papa - Le livre pour enfants


Lire aussi la chronique de Lionel Labosse sur son site altersexualité.com

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29