Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #questions qui font ou non debats tag

Ces normes qui rendent les Églises malades…

Publié le par Jean-Yves

Les normes qui semblaient autrefois immuables, voire transcendantes, sont devenues non seulement provisoires mais aussi négociables.


Mêmes les normes sexuelles qui semblaient les plus indiscutables jusqu'ici, sont remises en cause : un vrai couple est formé d'un homme et d'une femme, un enfant est élevé par un père et une mère, une personne qui a un pénis est du genre masculin...


Toutes ces normes sont questionnées, aujourd'hui, tant théoriquement que concrètement face à de nouvelles situations de vie qui s'affirment.


Ainsi déclarer que la norme sexuelle est l'hétérosexualité parce que Dieu l'a décidé ou parce que la science psychologique ou biologique l'affirme ne va plus du tout de soi.


Les normes ne se définissent plus de façon transcendante ni théologique : elles appartiennent maintenant au champ individuel et à celui politique.


Cette remise en cause du statut des normes est ce qui inquiète les institutions religieuses qui voient ainsi contester leur rôle dans la définition de certaines normes. Ces institutions en viennent à utiliser des savoirs extérieurs (sciences humaines, psychanalyse, etc.) pour défendre leur point de vue, mélangeant ainsi dangereusement les genres.


En refusant de se cacher, les gays, lesbiennes, bi et transsexuels poussent les croyants – plus que les autres – à de prodigieuses remises en cause. Secouant par là-même un peu plus leurs Églises.


Voir les commentaires

Femmes sportives, corps désirables par Catherine Louveau

Publié le par Jean-Yves

Une femme est-elle libre de pratiquer le sport de son choix ? Dans les pays occidentaux, cela ne prête guère à discussion : si les femmes s'investissent majoritairement dans les disciplines « gracieuses » et répugnent aux sports « virils », c'est que tel est leur choix.


A y regarder de près, pourtant, cette propension n'est qu'une construction sociale, qui réglemente les représentations et les pratiques « acceptables » du corps, et perpétue la division des rôles. Aux hommes le « faire », aux femmes le « plaire ».



Sur les terrains de sport, les femmes ne sont plus jugées comme inconvenantes ou incapables. […] Mais les pratiques sportives, comme on peut le constater à Sydney à l'occasion des Jeux olympiques, restent des territoires sexués.



[…] Les modes d'engagement sportif des hommes et des femmes traduisent […] la façon qu'ils ont d'investir l'espace et le monde. Les représentations « permises » dans le sport sont les mêmes que les métiers « autorisés » aux femmes. Montrer ou exercer sa force, se livrer à un combat, porter ou recevoir des coups, prendre des risques corporels sont autant d'attributs que les femmes semblent ne pas pouvoir faire leurs et qui appartiendraient donc, en propre, à la masculinité.


[…] En prêtant attention à ce que les femmes font, à ce qu'on montre d'elles, à ce qui est dit d'elles (et à ce qui n'est ni dit ni vu), on voit se dessiner des normes d'apparence corporelle : une prescription de féminité. Les femmes sportives posent (malgré elles) la question du corps et de la féminité conformes à la désirabilité sociale.


[…] Si les femmes représentent en France 30 % des sportifs de haut niveau, elles ne sont plus que 10 % des athlètes cités dans les médias. Pour se frayer un chemin dans les pages des magazines, les sportives doivent impérativement gagner.


[…] Ecoutons les journalistes sportifs : l'homme est décrit dans ce qu'il fait ; lorsqu'il s'agit de la femme, impossible d'échapper à une appréciation esthétique. Lorsque la sportive paraît, cherchez la femme : « La toujours belle et toujours aussi rapide Florence Griffith Joyner », ou l'alpiniste Catherine Destivelle, qui, « tranquillement redoutable derrière son joli sourire, arrive toujours au sommet ». L'Equipe magazine (6 novembre 1987) n'avait pas hésité à opposer, sur la question de la « féminité », la cycliste Jeannie Longo à Muriel Hermine (natation synchronisée). En légendant une photographie de cette dernière (« belle et féminine »), le journaliste indiquait : « La faute à qui si Longo rime avec macho et Hermine avec féminine ? » L'une était conforme au référent normatif de la « féminité », l'autre non.


[…] Sous le maillot, comme sous ces propos […], c'est bien LA femme que l'on cherche... et que l'on exige. Les sportives des pays de l'Est n'étaient-elles pas décrites, à la fin des années 80, comme des « erreurs de la nature » et des « monstres (Dossier « La fin des emmerdeuses », L'Equipe Magazine, 10 septembre 1989) » ? Le sport se pose à la fois en conservatoire d'une excellence féminine stéréotypée et en conservatoire des vertus viriles. La diversité des morphologies appartient à des concevables masculins ; on imagine mal qu'un sauteur en hauteur puisse avoir la même corpulence qu'un lanceur de poids. Mais on voudrait des sportives qu'elles soient toutes semblables, minces et longilignes, comme si, pour elles, l'efficacité gestuelle et technique pouvait être indépendante des capacités physiques et des pré-requis morphologiques.


A bien regarder les marginalités tolérées et celles qui ne le sont pas, deux terrains d'expression de la virilité se dégagent : l'un fait de connaissances et de savoir-faire, l'autre, plus « personnel », fait d'usages et d'images du corps - l'un et l'autre caractérisant l'homme dans son rapport aux autres, aux objets, au monde extérieur. Les femmes peuvent, sans trop déroger, s'approprier certaines prérogatives du premier (voir la reconnaissance de Florence Arthaud, Michèle Mouton, Catherine Destivelle), mais elles violent un tabou quand elles s'arrogent certains aspects du second (boxeuses, lutteuses, joueuses de rugby demeurent invisibles dans les médias).


[…] Les « affaires » de doute quant au sexe réel des athlètes sont anciennes. Dans la première moitié du XXe siècle, il est commun de penser que le sport virilise les femmes. Ce « trop de virilité » amènera à la mise en place du test de féminité comme à la suspicion de la prise d'hormones mâles par les sportives dans les années 60. Au fil du temps, les morphotypes des sportives se sont, de fait, rapprochés de ceux des sportifs : gestuels et efficacité technique se ressemblent, tout comme les corps, dans leur apparence comme au plan fonctionnel. Le physique avantageux des sportives, du fait de la nature, de l'entraînement ou de l'absorption d'androgènes, est indistinctement rapporté à ce procès récurrent. Leur virilisation « naturelle » ou « artificielle » et la suspicion quant à leur féminité se confondent durablement dans l'histoire. Comme on a pu le remarquer avec Amélie Mauresmo, l'homosexualité (déclarée ou présumée) amène à ce même procès : sont-elles de vraies femmes ?


[…] A travers cette représentation des corps, le sport devient le lieu où se joue l'imaginaire de l'Autre. Une masculinité et une féminité dessinées par leurs différences les plus accusées s'y expriment et s'y mettent en scène. Le sport veut et forge des femmes idéales, belles pour (le) séduire, de même que des hommes idéalement virils, c'est-à-dire forts ou courageux pour (la) conquérir. Les pratiques, les images et les discours du sport ont ce point commun : c'est l'image qu'elle donne à voir d'elle-même qui fait la femme, comme c'est l'action qui fait l'homme. [...]


Catherine Louveau (*)


■ in « Femmes sportives, corps désirables », Le Monde Diplomatique (Extraits), octobre 2000


* Sociologue du sport, professeure à l'université Paris-X I-Orsay. Coauteure avec Annick Davisse de Sports, école, société : la différence des sexes, préface de Geneviève Fraisse, Editions L'Harmattan, 1998



Lire aussi : L'homosexualité est davantage assumée par les sportives de haut niveau que par les hommes - Homos footballeurs, la grande omerta par Solen Cherrier - Homo Sportivus


Voir les commentaires

Images de l'homme

Publié le par Jean-Yves

Les années 80 ont consacré la prééminence de l'image. Images de soi, images médiatisées, images de l'homosexualité, images de l'homme. Les intellectuels ont eu, alors, peur du règne de l'image.



Les images de la publicité ont tellement magnifié le corps masculin qu'elles ont brouillé les codes. L'homme-objet utilisé dans la publicité a relativisé le concept de femme-objet.


Le look et l'apparence imposent-ils une morale ? S'offrent-ils à notre libre-arbitre ? Si on utilise l'image de l'athlète, du sportif, du corps masculin magnifié dans ses muscles, n'est-ce pas une façon – aussi – de magnifier le machisme ? Ou est-ce simplement la recherche d'une émotion esthétique ?


Si l'on considère la publicité comme l'art des XXe/XXIe siècles, alors Léonard de Vinci ferait-il, aujourd'hui, des spots de pub ou des clips vidéo ?


Voir les commentaires

Nouvelle classification des troubles mentaux

Publié le par Jean-Yves

Danger pour les LGBT.


Deux chercheurs partisans de « thérapies » de l’homosexualité et du transsexualisme superviseront la 5e révision du DSM, le manuel de diagnostic des troubles mentaux utilisé dans le monde entier. Une annonce qui suscite la colère et l'inquiétude au sein des organisations LGBT.


Lire l'article de Marie-Noëlle Baechler : Révision du DSM, une mobilisation de toutes les personnes atypiques est indispensable !


Voir les commentaires

Homophobie, peur de l’équivalence entre homo et hétérosexualité

Publié le par Jean-Yves

Dire « pédé », « enculé »… rappelle la hiérarchie des sexualités, et renvoie l’homosexuel à sa place.


Celui qui profère ces mots fait entendre que l’homosexuel ne peut pas partager son univers. Que l’homosexuel ne peut avoir les mêmes droits. C’est ce que clame haut et fort l’insulte. L’exclusion.


« Pédé », « enculé »… ne sont pas que des mots. Car ces mots véhiculent une histoire. Celle de la persécution, de la justification théologique, psychanalytique, psychiatrique. La justification de la mort même des gays et des lesbiennes.


On commence à percevoir maintenant l’homophobie comme un discours de haine alors qu’auparavant elle était nécessaire, indispensable dans l’éducation, particulièrement dans celle des garçons : « être un homme c’est surtout ne pas être une femme, ne pas être un pédé ». Cela fait encore partie de l’éducation de l’homme, du masculin.


Il y a une tyrannie du silence. Les hétérosexuels qui vont chaque jour à leur travail restent hétérosexuels, ils n’y pensent pas, ils sont simplement normaux, ils n’ont pas comme on dit d’« orientation sexuelle » ; seuls les gays et les lesbiennes en ont une. Quand les hétérosexuels sont sur leur lieu de travail, ils parlent de leur mari, de leur femme, ils ont une alliance au doigt… ils s’identifient constamment en tant qu’hétérosexuels par de petits mots codés dont ils n’ont même pas conscience.


Les homosexuels font ce qu’ils veulent dans leur vie privée mais ils ne peuvent se manifester en tant que tel : on tolère leur homosexualité sous condition que cette homosexualité ne soit pas dans l’espace public.


L’homophobie ne serait-elle pas aujourd’hui la peur de l’équivalence entre homosexualité et hétérosexualité ?


Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>