Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Homoparentalité ou quand la logique du plaidoyer se retourne...

Publié le par Jean-Yves

Les homosexuels partisans de l'homoparentalité - pour défendre leur point de vue - ont souvent brandi le fait que les enfants élevés par eux ne sont pas plus souvent homosexuels.


Je me demande, si en mettant en avant cette affirmation, ils ont toujours vu la portée de leur parole car ils font ainsi le jeu de ceux qui souhaitent circonscrire l'anormalité. Une manière de considérer l'hétérosexualité d'un enfant comme une réussite et son homosexualité comme un échec !


Cet argument même s'il est efficace auprès de l'opinion publique, est indécent et insultant.


En quoi l'orientation sexuelle des enfants devrait être un critère de réussite ou d'échec de l'homoparentalité ?


Voir les commentaires

« La magie de la littérature

Publié le par Jean-Yves

est dans cette transformation qui fait que celui qui achève un roman ne doit pas être le même que celui qui le commence, le "celui" en question étant ici indifféremment auteur ou lecteur. C'est même à cette mobilité que se juge la qualité de l'oeuvre pour l'écrivain, de la lecture pour le lecteur. »


Mathieu Lindon


in Je t'aime, récits critiques, Editions de Minuit, 1993, ISBN : 270731448X


Voir les commentaires

Sebastiane, un film de Derek Jarman (1976)

Publié le par Jean-Yves Alt

ou le martyre de San Sébastien

Des intrigues conduisent l'Empereur Dioclétien à persécuter les chrétiens qu'il tolérait jusqu'alors. C'est pendant une fête célébrant le 20e anniversaire de son règne que son favori, le capitaine des gardes Sébastien, connaîtra le début de son martyre.

Après les danses rituelles, on propose, pour terminer joyeusement la soirée, d'accuser un jeune page d'être chrétien et d'ordonner sa décapitation. Sébastien proteste avec une telle vigueur contre cette ignoble forfait qu'on le soupçonne de protéger les chrétiens. Il perdra son rang et sera éloigné du palais.

Pendant son exil, Sébastien se lie d'amitié avec Justin le seul soldat qui ne l'humilie pas. Dépité, semble-t-il, de se voir préférer un inférieur, le centurion Séverus soulèvera ses hommes contre Sébastien dont on décidera le supplice et la mort.

A travers «Le martyre de San Sébastien», Derek Jarman étudie la nature de l'homme, son ambivalence sexuelle.

Ce n'est pas une considération morale sur l'homosexualité qui ici est « naturelle ».

L'identification sexuelle du sanguinaire centurion Séverus par exemple, c'est l'amour refoulé qu'il éprouve pour ce «Christ-Apollon».

Il y a aussi les sentiments amour-haine entre les hommes parqués entre eux et leur prédilection pour les jeux sado-masochistes.

Au sujet de la mort de Sébastien peu d'éléments authentifient la légende selon laquelle il aurait été la cible vivante de jeunes archers. Le film se réfère donc à l'imagination des peintres de la Renaissance qui représentent le martyr attaché, le corps transpercé de flèches.

Les décors sont sobres, le maigre budget du réalisateur ne lui permettait pas une reconstitution fastueuse de l'Empire Romain. Les dialogues ont la particularité d'être en latin avec un accent anglais !


Du même réalisateur : Edward IICaravaggioBlue

Voir les commentaires

La littérature me fertilise

Publié le par Jean-Yves

La lecture est depuis longtemps pour moi le gouvernail de mon intérieur. Les livres m'ouvrent la route comme un miroir : c'est parce que je me regarde dans leurs pages que je trouve quelques clés à ma propre conduite.


Sans eux, je n’aurais pas saisi la multiplicité des êtres et de leurs sentiments. Avec eux, je me suis confronté à des personnes que je n'aurais pas aimé rencontrer réellement, du fait de leur antipathie ; il a bien fallu – au moins le temps de ma lecture – que j'apprenne à composer avec eux.


Voir les commentaires

Entre chien et loup par Thierry Poncelet

Publié le par Jean-Yves


Ne soyons pas cabots : il faut bien reconnaître que ces portraits de famille ont du chien !



Thierry Poncelet détourne et repeint de vieilles toiles achetées aux Puces pour en faire des œuvres où nos vénérables ancêtres prennent les traits de leurs meilleurs compagnons, tel chien, tel maître !







Le Prélat, 120 x 80 cm


Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>