Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #citations tag

Écritures « gays » par Bruno Vercier

Publié le par Jean-Yves Alt

Une même évolution caractérise l'écriture homosexuelle. Ne pas adopter une perspective historique pour en parler paraît difficile : l'épidémie du sida, survenue à la fin des années 1970, a bouleversé les conditions de vie de tout un groupe d'écrivains qui, au-delà d'une affirmation propre à la légitimité de leur choix sexuel, se chargent de dire le fléau qui frappe la communauté gay.

Ce peut être avec la gravité de Corps à corps : journal du sida (1987) d'Alain-Emmanuel Dreuilhe ; l'humour grinçant du dramaturge Copi dans Une visite inopportune (1988) ; l'âpreté sans concession de Guy Hocquenghem qui se tourne vers la fiction à partir de 1980 (La Colère de l'agneau, 1986) et combine une peinture minutieuse de la dégradation de son état physique à une relecture de la Genèse (Eve, 1987) ; ou encore la nostalgie de Jean-Noël Pancrazi, évoquant dans Les Quartiers d'hiver (1990) la fin d'un mode de vie (homosexuels vieillissants, jeunes gens frappés par l'épidémie, vieilles femmes du monde du spectacle).

Le cynisme nihiliste frappe aussi certains écrivains, comme Cyril Collard, dont Les Nuits fauves (1989, porté au cinéma par l'écrivain avant sa mort) s'abandonnent aux plaisirs mortifères du sexe et de la drogue.

Ces livres, auxquels il faudrait associer ceux plus connus d'Hervé Guibert, font effet de littérature communautaire. Un chant diffus de deuil, de révolte, de compassion envahit jusqu'à la fin des années 1990 le champ de la littérature des homosexuels, qui ne se résout cependant pas à n'être qu'une « littérature homosexuelle » : affronter la mort est une expérience humaine plus générale, qu'il s'agisse de voir la sienne approcher (la plupart des écrivains mentionnés, à l'exception de Pancrazi, sont morts du sida, comme les dramaturges Koltès ou Lagarce), ou d'affronter celle de l'être aimé (Christian Giudicelli, Celui qui s'en va, 1996 ; Yves Navarre, Ce sont amis que vent emporte, 1991 ; Philippe Besson, Son frère, 2001).

Bruno Vercier

in La littérature française au présent : Héritage, modernité, mutations, de Dominique Viart et Bruno Vercier, éditions Bordas, collection La Bibliothèque Bordas, 511 pages, 2006, ISBN : 2047299527, chapitre « Littérature et « communautés », page 331

Voir les commentaires

L'adoption vue par Michel Foucault

Publié le par Jean-Yves Alt

« Nous devons obtenir que soient reconnues des relations de coexistence provisoire, d'adoption. Pourquoi n'adopterais-je pas un ami plus jeune que moi de dix ans ? Et même de dix ans plus vieux ? Plutôt que de faire valoir que les individus ont des droits fondamentaux et naturels, nous devrions essayer d'imaginer et de créer un nouveau droit relationnel qui permettrait que tous les types possibles de relations puissent exister et ne soient pas empêchés, bloqués ou annulés par des institutions relationnellement appauvrissantes. »

Michel Foucault

in « Dits et écrits, Tome IV : 1980–1988 », éditions Gallimard, 1994, ISBN : 9782070739899, pp. 163-164

Voir les commentaires

Inventer des nouvelles formes de relations par Michel Foucault

Publié le par Jean-Yves Alt

Foucault propose d'inventer des relations qui permettre d'échapper aux formules toutes prêtes déjà disponibles – formules qui n'offrent comme choix possibles que les rencontres purement sexuelles, d'un côté, et, de l'autre, la fusion des identités personnelles dans l'amour. Foucault proteste contre la pauvreté de ce choix :

« Nous vivons dans un monde relationnel que les institutions ont considérablement appauvri. La société et les institutions qui en constituent l'ossature ont limité la possibilité de relations, parce qu'un mode relationnel riche serait extrêmement difficile à gérer [...] En effet, nous vivons dans un monde légal, social, institutionnel où les seules relations possibles sont extrêmement peu nombreuses, extrêmement schématisées, extrêmement pauvres. Il y a évidemment la relation de mariage et les relations de famille, mais combien d'autres relations devraient pouvoir exister. »

Michel Foucault

in « Dits et écrits, Tome IV : 1980–1988 », éditions Gallimard, 1994, ISBN : 9782070739899, pp. 309-310

Voir les commentaires

Quand le lynchage médiatique n'avait pas encore tout absorbé ou la pratique du bouc-émissaire

Publié le par Jean-Yves Alt

« Un écrivain se rend compte du retour de cet ordre moral lorsqu'il vient parler de l'un de ses livres dans une émission littéraire. De plus en plus lorsqu'il est attaqué, il ne l'est pas pour son style, ni sur la construction du livre, ni sur la force de l'expression, ni sur les personnages s'il s'agit d'un roman, mais sur la morale qu'il exprime. Un livre est d'abord une œuvre de beauté, une œuvre d'art comme un tableau. Le condamner pour immoral est un non-sens. »

Gabriel Matzneff

Émission « Les absents ont toujours tort » de Guillaume Durand, La Cinq, 18 novembre 1991

Voir les commentaires

L'invention de soi par Michel Foucault

Publié le par Jean-Yves Alt

L'invention de soi n'est pas un luxe ou un passe-temps pour les gays et les lesbiennes : c'est une nécessité. Et c'est par conséquent une part importante de la pratique acquise de ce que Foucault appelle "devenir homosexuel". Il ne s'agit pas seulement de résister aux normes sociales ou à une négation des valeurs établies, mais aussi en une construction positive et créatrice de modes de vie différents :

« Aussi loin que je me souvienne, avoir envie des garçons, c'est avoir envie de relations avec des garçons. Ça a été pour moi toujours quelque chose d'important. Non pas forcément sous la forme du couple, mais comme une question d'existence : comment est-il possible pour des hommes d'être ensemble ? De vivre ensemble, de partager leur temps, leur repas, leur chambre, leurs loisirs, leurs chagrins, leur savoir, leurs confidences ? Qu'est-ce que c'est que ça, être entre hommes, "à nu", hors de relations institutionnelles, de famille, de profession, de camaraderie obligée ? »

Michel Foucault

in « Dits et écrits, Tome IV : 1980–1988 », éditions Gallimard, 1994, ISBN : 9782070739899, pp. 163-164

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>