Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faire et défaire le genre par Judith Butler

Publié le par Jean-Yves Alt

Les termes qui permettent notre reconnaissance en tant qu'humains sont socialement organisés et modifiables. Il arrive parfois que les termes même qui confèrent la qualité d'humain (humanness) à certains individus sont ceux-là mêmes qui privent d'autres d'acquérir ce statut, en introduisant un différentiel entre l'humain et le « moins-qu'humain ».

Ces normes ont des effets considérables sur notre compréhension du modèle de l'humain habilité à bénéficier de droits ou ayant sa place dans la sphère participative du débat politique.

L'humain est appréhendé différemment en fonction de sa race, de la lisibilité de cette race, de sa morphologie, de la possibilité de reconnaître cette morphologie, de son sexe, de la possibilité de vérifier visuellement ce sexe, de son ethnicité, du discernement conceptuel de cette ethnicité.

Certains humains sont reconnus comme étant moins qu'humains, et cette forme de reconnaissance amoindrie ne permet pas de mener une vie viable. Certains humains n'étant pas reconnus en tant qu'humains, cette non-reconnaissance les engage à mener un autre type de vie invivable.

Si ce que le désir veut en partie, c'est d'être reconnu, alors le genre, dans la mesure où il est animé par le désir, voudra également être reconnu. Dans la mesure où le désir est impliqué dans les normes sociales, il est intimement lié à la question du pouvoir et à celle de savoir qui a la qualité d'humain reconnu comme tel et qui ne l'a pas.

Si j'appartiens à un certain genre, suis-je quand même considéré(e) comme faisant partie des humains ? Est-ce que l'« humain » s'étendra jusqu'à m'inclure dans son champ ? Si mon désir va dans un certain sens, aurai-je la possibilité de vivre ? Y aura-t-il un lieu pour ma vie, et sera-t-il reconnaissable pour ceux dont dépend mon existence sociale ?

En fait, pouvoir développer une relation critique vis-à-vis de ces normes présuppose de s'en écarter, de pouvoir en suspendre ou en différer la nécessité, quand bien même elles resteraient l'objet d'un désir qui permette de vivre. L'établissement de cette relation critique dépend également d'une capacité, toujours collective, à articuler une version alternative et minoritaire de normes ou d'idéaux consistants me permettant d'agir. Si ce que je fais dépend de ce qui m'est fait, ou plutôt, des façons dont je suis « fait(e) » par les normes, alors la possibilité de ma persistance en tant que « je » dépend de ma capacité à faire quelque chose de ce qui est fait de moi. […]

De ce fait, le « je » que je suis se trouve simultanément constitué par des normes et assujetti à ces normes. Mais il s'efforce également de vivre en maintenant une relation critique et transformatrice avec elles. Il faut une certaine rupture avec l'humain pour initier le processus de recréation de l'humain, et je risque d'avoir le sentiment de ne pas pouvoir vivre sans une certaine forme de reconnaissance. Mais il est également possible que les termes mêmes qui permettent cette reconnaissance me rendent la vie invivable. C'est de ce point de jonction que la critique émerge, c'est là qu'elle devient une remise en question des termes qui contraignent la vie pour élargir la possibilité de modes de vie différents. Et cela, non pour célébrer la différence en tant que telle, mais pour établir des conditions plus diversifiées et favorables à la protection et au maintien de la vie tout en résistant aux modèles d'assimilation.

[…] Existe-t-il, un « genre » qui préexiste à sa codification, ou est-ce, au contraire, en étant soumis à une codification que le sujet genre émerge au sein et par l'entremise de cette modalité d'assujettissement ? L'assujettissement n'est-il pas le processus par lequel les codifications produisent, justement, le genre ?

Avancer que le genre est une « norme » nécessite de creuser notre argumentation. Une norme n'est pas une règle et ce n'est pas non plus une loi. La norme fonctionne au cœur des pratiques sociales en tant que critère implicite de normalisation. Si une norme peut être distinguée de manière analytique des pratiques dans lesquelles elle est « enchâssée », elle peut également résister à toute tentative visant à la décontextualiser de son fonctionnement. Les normes peuvent être explicites, ou ne pas l'être. Lorsqu'elles opèrent en tant que principe normalisateur de la pratique sociale, elles demeurent en général implicites, difficiles à déchiffrer et ne sont clairement et manifestement discernables que par les effets qu'elles produisent.

Que le genre soit une norme implique qu'il est toujours, quoique de manière ténue, incarné par tout acteur social dans sa singularité. C'est la norme qui régit l'intelligibilité, elle autorise certaines formes de pratiques et d'action à se manifester en tant que telles en imposant une grille de lecture sur le social, en définissant les paramètres de ce qui se manifestera ou ne se manifestera pas dans le champ du social. La signification d'une position extérieure à la norme est un paradoxe pour la réflexion. En effet, si la norme rend le champ social intelligible et qu'elle nous le normalise, alors être en dehors de la norme c'est, dans un certain sens, être encore défini dans un rapport avec elle : ne pas être tout à fait masculin ou tout à fait féminin c'est encore être compris exclusivement en termes de relation au « totalement masculin » ou au « totalement féminin ».

Dire que le genre est une norme ne revient pas tout à fait à dire qu'il existe des conceptions normatives de la féminité et de la masculinité, même si manifestement ces conceptions normatives existent. Le genre ne se définit pas exactement par ce que l'on « est » ni par ce que l'on « a ». Le genre est l'appareillage par lequel se produisent simultanément production et normalisation du masculin et du féminin et les formes interstitielles d'ordre hormonal, chromosomique, psychique et performatif qui sont adoptées par le genre. Soutenir que le genre signifie toujours et exclusivement « la matrice » du « féminin » et du « masculin », c'est précisément manquer le point le plus crucial du débat : en effet, la production de ce binôme cohérent est contingente, elle a un certain coût et les permutations de genre non conformes au binôme relèvent autant du genre que son occurrence la plus normative. En alliant la définition du genre à son expression normative, on reconsolide par inadvertance le pouvoir de la norme afin de contraindre la définition du genre. Si le genre est le mécanisme par lequel la notion de masculin et de féminin est produite et naturalisée, il pourrait tout autant être l'appareillage par lequel ces termes sont déconstruits et dénaturalisés. Il se peut, en réalité, que l'appareillage même qui vise à établir la norme soit également celui qui sape cet établissement lui-même, qui serait, pour ainsi dire, incomplet dans sa définition. Séparer le terme de « genre » de la masculinité ou de la féminité, c'est sauvegarder une perspective théorique permettant d'expliquer comment le binôme masculin-féminin vient épuiser le champ sémantique du genre. Les références au trouble du genre (gender trouble) au mixage du genre (gender blending), aux notions de « transgenre » ou de « genre croisé » suggèrent déjà que le genre a le moyen de dépasser ce binôme naturalisé. L'alliance du genre avec le couple masculin-féminin, homme-femme, mâle-femelle, opère donc cette naturalisation même que la notion de genre est censée empêcher.

Ainsi donc, un discours restrictif sur le genre qui se sert du binôme « homme » et « femme » comme outil exclusif de compréhension du champ du genre accomplit une opération de pouvoir d'ordre régulateur car elle naturalise cette occurrence hégémonique en excluant la possibilité de sa perturbation.

Cependant, comme le remarque Pierre Macherey, loin d'être des entités ou des abstractions autonomes et autosuffisantes, les normes doivent être comprises comme des formes d'action. En s'appuyant sur l'œuvre de Spinoza et de Foucault, Macherey dit clairement que les normes n'exercent pas un type transitif de causalité, mais bien un type de causalité immanent. […]

En soutenant que la norme ne persiste que dans et par ses actions, Macherey fait de l'action le lieu de l'intervention sociale. « De ce point de vue, il n'est plus possible de penser la norme elle-même avant les conséquences de son action, et en quelque sorte en arrière d'elles, mais il faut penser la norme telle qu'elle agit précisément dans ses effets, de manière non à en limiter la réalité par un simple conditionnement, mais à leur conférer le maximum de réalité dont ils sont capables ». […]

S'écarter de la norme de genre, c'est produire l'exemple aberrant dont les pouvoirs régulateurs (médical, psychiatrique et juridique, pour n'en citer que quelques-uns) risquent de se servir immédiatement pour consolider l'argumentation qui justifie leur zèle permanent. Une question subsiste tout de même : quelles ruptures avec la norme seraient donc autre chose qu'une excuse ou un argument pour la maintenir ? Quelles ruptures d'avec la norme parviennent à perturber le processus de réglementation lui-même ?

Ne sous-estimons pas la violence exercée par ces normes, surtout quand elles en viennent à distinguer ce qui est une vie vivable de ce qui ne l'est pas. Parmi les sanctions sociales appliquées aux transgressions de genre je citerai, par exemple, la « correction » chirurgicale des personnes intersexuées, la pathologisation médicale et psychiatrique et la criminalisation des personnes souffrant de « dysphorie du genre » (gender dysphoric) dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis, le harcèlement des personnes ayant des « troubles du genre » (gender trouble) dans la rue ou au travail, la discrimination à l'embauche et la violence.

C'est pourquoi, si l'on croit que ces normes régulatrices n'agissent pas par la force, mais qu'elles sont une violence exercée par souci d'humanité ou même une forme atténuée de la violence elle-même, on se trompe. Pour moi, il n'y a pas d'autre manière de comprendre la violence exercée contre les minorités de genre et de sexe : il s'agit en effet toujours de l'imposition forcée d'un système normatif. L'assassinat d'hommes d'apparence féminine, de femmes d'apparence masculine ou de personnes transgenrées doit nous interroger : quelle est donc cette anxiété intolérable provoquée par l'apparition publique d'une personne ouvertement gay, de quelqu'un dont le genre n'est pas conforme aux normes, de quelqu'un dont la sexualité défie l'interdit public qui lui est intimé.

Mais si nous nous opposons à cette violence, au nom de quoi le faisons-nous ? Quelle est l'alternative à cette violence, et quelle transformation du monde social revendiquons-nous ? Quels choix politiques nous permettraient d'établir, d'une manière ou d'une autre, la vivabilité au plan conceptuel en même temps que nous l'assurerions au plan institutionnel ?

Le sens de cette question sera toujours un objet de discorde, et les partisans d'une orientation politique unique choisie en vertu de cet engagement se tromperaient lourdement. Il en est ainsi parce que vivre, c'est vivre une vie politique en relation avec le pouvoir et avec autrui, c'est accepter sa part de responsabilité dans la construction d'un avenir collectif. Mais attention, prendre une responsabilité pour l'avenir ne signifie aucunement en connaître l'orientation à l'avance, puisque l'avenir, et en particulier l'avenir avec et pour autrui, exige une certaine ouverture et l'acceptation d'un état d'ignorance, cela implique la participation à un processus dont aucun sujet ne peut prédire l'issue. Cela implique également l'acceptation d'une certaine forme de conflit et de mise en question de l'orientation à prendre. La contestation est la condition indispensable d'une vie politique démocratique. La démocratie ne parle pas d'une seule voix, les airs qu'elle produit sont dissonants et il est nécessaire qu'ils le soient. Il ne s'agit pas d'un processus prévisible, mais d'un processus qui doit être vécu au même titre qu'une passion doit être vécue. La vie elle-même risque d'être forclose si l'on décide à l'avance de ce qu'est la voie juste, si l'on impose ce qui est juste à tout un chacun sans le moyen de pénétrer une communauté qui permette de découvrir le « juste » au cœur de la traduction culturelle. Il peut se faire que le « juste » et le « bon » impliquent de rester ouvert aux tensions qui assaillent les catégories les plus essentielles que nous exigeons, en acceptant un état d'ignorance au cœur même de notre savoir et de nos besoins, en sachant reconnaître la manifestation de la vie dans ce que nous subissons sans pour autant avoir de certitude sur ce qui adviendra.

Judith Butler

Article publié dans Les Lettres Françaises, supplément au journal L’Humanité du 31 août 2004


Trouble dans le genre, Editions La Découverte, 2005, ISBN : 2707142379 ou Editions La Découverte, Collection : La Découverte/Poche, 2006, ISBN : 2707150185

Lire la chronique de Lionel Labosse sur cet ouvrage sur son site altersexualite.com


Dossier complet « Queer Théories : genres, classes, sexualités » (format PDF)


Lire aussi : Judith Butler, philosophe d'un autre genreLe pouvoir des mots : Politique du performatif, de Judith ButlerJudith Butler : « Nous ne sommes pas sexuellement déterminés »Le débat sur le mariage est mal posé par Marie-Hélène Bourcier

Voir les commentaires

Le rouge et le noir par Unglee

Publié le par Jean-Yves Alt

Une grande partie du travail photographique d'Unglee, c'est au polaroïd qu'il l'a réalisé en photographiant des tulipes.

Ça peut paraître un peu curieux ce photographe qui, pendant des années, n'a rien fait qu'observer des tulipes avec un drôle d'appareil devant les yeux qui crachait régulièrement des petits carrés de papiers.

Unglee disposait ensuite ses petits carrés pleins de couleurs côte à côte, par 4 (2x2), par 25 (5x5), par 81 (9 x 9), créant ainsi des carrés-gigognes qui se répondent, se suivent, se regardent de travers ou se font des clins d'oeil, clins d'œil de tulipes, bien sûr.

Les tulipes d'Unglee me regardent, me séduisent avec un petit sourire engageant du coin du pistil, me renvoient à moi-même.

Portraits travaillés de ces tulipes, s'attachant à la transparence d'un pétale, à l'irisation d'une surface, à la lumière qui sculpte et cisèle la matière, la pénètre. Même si ces photographies confinent parfois au décoratif, l'interrogation de la matière, de la forme et des rythmes l'emporte sur ce qui pourrait n'être qu'effet esthétique : sensualité du thème et sensualité de la technique se rejoignent.

C'est sûrement un peu simpliste de voir dans ces tulipes à la carnation si fragile et aux longues tiges souples comme des adolescents, quelque métaphore sexuelle, mais c'est bien pourtant du désir que parlent ces polaroïds, un désir subtil, désir toujours en retenue, en suspens : désir entre l'exprimable et l'in-représentable et entre le représentable et l'inexprimable.

Voir les commentaires

Gens de qualité par Jacques Prévert

Publié le par Jean-Yves Alt

Quand on découpe un fragment d'image et qu'on le place sur une autre, cela édifie une intrusion qui suffit à faire basculer l'image familière vers l'insolite, l'absurde, le drôle et le merveilleux.

Sur une reproduction de tableau en couleur destinée à servir de décor, Prévert a disposé six figurines découpées, personnages historiques appartenant à diverses époques. Il les a fait évoluer lentement sur le décor jusqu'à ce qu'elles aient trouvé leur place. Ainsi, Prévert s'est fait metteur en scène, il a déplacé, essayé, corrigé, adapté, composé sur un décor.

Jacques Prévert a pris aussi la couleur comme facteur important pour lier les éléments. Ici le bleu se marie délicatement au rouge par l'intermédiaire de bistres.

Prévert (1900-1977) – Gens de qualité

Prévert a superposé aux figures premières de ses personnages des masques grotesques.

L'impression d'étrangeté de ces monstres amicaux est produite par la dimension exagérément grande de ces masques qu'ils portent et par leur aspect boursouflé. Ils regardent vers la droite, d'un air interrogateur. Que se passe-t-il dans le hors-champ ?

Tous les éléments de ce collage tendent à perdre leur identité par ces rencontres d'où naissent des rapports imprévus, des qualités ambiguës. Il me faut essayer alors d'imaginer ; de faire des suppositions...

Ces « gens de qualité » sont des nobles, des chevaliers, des pages... Ils interpellent l'écolier que j'ai été :

« En entendant parler / d'une société sans classes / l'enfant rêve / d'un monde buissonnier. »

Jacques Prévert, Spectacle, Editions Gallimard (Folio)

Voir les commentaires

« Avec ma peau d'ours » par Gustave Flaubert

Publié le par Jean-Yves Alt

« Quand on a vécu comme moi d'une vie tout interne, pleine d'analyses turbulentes et de fougues contenues, quand on s'est tant excité soi-même, et calmé tour à tour, et qu'on a employé toute sa jeunesse à se faire manœuvrer l'âme, comme un cavalier fait de son cheval qu'il force à galoper à travers champs à coups d'éperon, à marcher à petits pas, à sauter les fossés, à courir au trot et à l'amble, le tout rien que pour s'amuser et en savoir plus ; eh bien, veux-je dire, si on ne s'est pas cassé le cou, dès le début, il y a de grandes chances pour qu'on ne se le casse pas plus tard.

Moi aussi, je suis établi, en ce sens que j'ai trouvé mon assiette, mon centre de gravité. Je ne présume pas qu'aucune secousse intérieure puisse me faire changer de place et tomber par terre. Le mariage pour moi serait une apostasie qui m'épouvante... La mort d'Alfred n'a pas effacé le souvenir de l'irritation que cela m'a causé. Ç'a été comme, pour les gens dévots, la nouvelle d'un grand scandale donné par un évêque. [...] Or (c'est la conclusion) je suis résigné à vivre comme j'ai vécu, seul, avec ma foule de grands hommes qui me tiennent lieu de cercle, avec ma peau d'ours, étant un ours moi-même, etc. Je me fous du monde, de l'avenir, du qu'en-dira-t-on, d'un établissement quelconque, et même de la renommée littéraire, qui m'a jadis fait passer tant de nuits blanches à la rêver. Voilà comme je suis ; tel est mon caractère, mon caractère est tel. »

Gustave Flaubert


Lettre de Flaubert à sa mère (extrait) du 15 décembre 1850, in Correspondance, Tome 1 [janvier 1830 - mai 1851], Editions Gallimard / Bibliothèque de la Pléiade, 1973, ISBN : 2070106675, pp.719-720

Voir les commentaires

Le Maître de Třeboň : un vibrant coloriste

Publié le par Jean-Yves Alt

Le Christ ressuscité à un corps frêle et élancé ; ses gestes sont recherchés, ainsi que les volutes élégantes que dessine sa tunique.

La lumière semble irradier sa figure qui en devient aérienne et donne un éclat particulier à sa tunique écarlate comme à son auréole et à sa bannière.

L'éclairage met encore en relief l'imposant sépulcre de pierre, placé de biais dans la composition ; ce qui souligne le caractère fruste et brutal des soldats.

La nature environnante est noyée dans l'ombre, et seuls se détachent quelques détails des rochers et des feuillages emplis d'oiseaux.

Maître du retable de Třeboň – Résurrection du Christ – vers 1380

Détrempe sur bois, 132cm x 92cm, Galerie nationale, Prague

Quant au ciel rouge parsemé d'étoiles d'or, il contribue à donner au tableau un caractère visionnaire.

Remarquable coloriste, le peintre de ce panneau exalte sa vision mystique par l'emploi d'un rouge vibrant.


Ce panneau représentant la Résurrection fait partie d'un retable, évoquant la passion du Christ, qui se trouvait à l'origine dans l'église des Augustins de Třeboň, ville du sud de la Bohême ; ce qui explique le nom donné à l'auteur anonyme de cette œuvre (actif en Bohême vers 1380-1390). L'art de ce peintre s'inscrit dans le courant dit du « gothique international ».

Voir les commentaires

1 2 > >>