Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Albrecht Altdorfer et le réalisme fantastique dans l'art allemand…

Publié le par Jean-Yves Alt

… ou comment le dessin, jusque là considéré comme une simple étape sur le chemin qui mène au « Beau », est devenu un véritable outil, indispensable à la réalisation de l'œuvre, ainsi qu'un moyen rapide d'analyser la nature.

En devenant la principale préoccupation d'Altdorfer, cette nature va hériter des troubles mystiques et ésotériques qui accablaient précédemment l'art religieux du Nord. Et paradoxalement les scènes religieuses seront désormais traitées avec le même réalisme que n'importe quel événement de la vie quotidienne.

L'homme quant à lui, n'interviendra plus dans les sujets d'histoire que comme élément de la nature.

Albrecht Altdorfer – Coin de forêt avec saint Georges combattant le dragon – vers 1510

Alte Pinakothek de Munich

Les toiles d'Altdorfer expriment, par la couleur et les levers de soleils infinis, comment la fin troublée du Moyen-Age allemand a suscité également l'espoir d'une nouvelle époque. Un peu plus tard, on l'appellera la Renaissance.

Voir les commentaires

Hommage à Virginia Woolf...

Publié le par Jean-Yves Alt

plume.jpgCar les expériences de la vie sont incommunicables, et c'est ce qui cause toute la solitude, toute la tristesse humaine.

Sans cesse des étrangers entrent, des gens que nous ne reverrons jamais plus, et dont la familiarité, l'indifférence nous bousculent au passage, nous donnent le sentiment désagréable d'un monde qui se passe de nous. Nous ne pouvons que sombrer, nous ne pouvons pas oublier nos propres visages. Même moi, qui suis sans visage, moi qui ne transforme pas les gens quand j'entre dans une chambre... Même moi, je crois flotter sans attaches, incapable de m'ancrer en un lieu ou de prendre appui nulle part, incapable de fournir à ces gens un mur blanc et lisse contre lequel ils puissent projeter leurs ombres.

Je suis pourtant obligée de regarder mes voisins, pour tâcher de faire comme ces gens-là...

Tous les excès sont vains : j'ai en face de moi la moyenne, la médiocrité...

Si c'est cela la vie, elle ne vaut pas la peine d'être vécue. Et cependant, même le petit restaurant a son rythme.

Où est la solution dans cette continuité ?... Où est la fente, par où l'on peut apercevoir l'universel désastre ?

Nous ne sommes pas simples, comme nos amis le souhaitent pour que nous répondions au besoin qu'ils ont de nous. Et cependant, l'amour est simple.

Tout change. Tout passe, et la jeunesse, et l'amour.

Je n'ai pas le pouvoir de me concilier la bienveillance des gens.

J'aime mieux dénoncer une fois pour toutes ce monde de gens obtus, occupés de rien, lourdement satisfaits d'eux-mêmes...

J'ai en moi une force qui les consumera tous, tant qu'ils sont.

Virginia Woolf

Voir les commentaires

Tabou de l'homosexualité en Chine

Publié le par Jean-Yves Alt

Les homosexuels continuent d'être marginalisés. Au mois de décembre 2001, Cui Zi'en, professeur à l'Institut de cinéma de Pékin (où on lui a retiré la majorité de ses classes), organisait un festival de cinéma gay, interdit par le gouvernement après un week-end. Quelques mois auparavant, les autorités médicales avaient bien déclaré que l'homosexualité n'était plus un « désordre mental » - mais le tabou et les représailles subsistent. Même dans les cercles underground, seuls les cinéastes réputés hétérosexuels osent aborder le sujet : Zhang Yuan avec Côté cour, côté jardin (1996), Liu Bingjian avec Le Protégé de Mme Qing (1999) - dont Cui Zi' a écrit le scénario et où il tient un des rôles principaux - et Li Yu, jeune réalisatrice venant du documentaire, avec Fish and Elephant (2001), le premier long-métrage lesbien, qui, tourné en 16 mm avec des amateurs, est interdit en Chine mais est passé dans plus de soixante-dix festivals.

Bérénice Reynaud *

■ in Entre commerce et création : Nouvelles Chines, nouveaux cinémas, Le Monde Diplomatique (extrait), février 2003

* Enseigne le cinéma au California Institute of the Arts. Auteure de Nouvelles Chines, nouveaux cinémas, Editions Cahiers du cinéma, Paris, 1999


Lire aussi : L'homosexualité dans la Chine ancienne par Robert Van Gulik – L'homosexualité en Chine

Voir les commentaires

<< < 1 2