Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les vertus de l'oiseau solitaire, Juan Goytisolo

Publié le par Jean-Yves Alt

« Dans la cave intérieure / de mon Aimé j’ai bu », écrivait saint Jean de la Croix.

« Un vin qui nous a enivré / avant la création de la vigne », disait le poète Ibn El Farid.

Ces deux exergues ouvrent parfaitement « Les vertus de l'oiseau solitaire ».

Ce livre est un superbe poème en prose, surréaliste, mystique et érotique, dont les échos se réverbèrent des chants soufis à la « nuit obscure » de Jean de la Croix, des chambres noires où se célèbre l'amour physique aux « lieux doux » que sont tour à tour un sauna parisien, une station thermale où s'assemblent des réfugiés, voire un asile psychiatrique illuminé de visions.

Les vertus de l'oiseau solitaire, Juan Goytisolo

Mais qui sont les mystérieux protagonistes, amants, poètes et persécutés ?

On voit passer, mis au féminin, l'Archimandrite en grands falbalas et aux « gros mollets poilus », le séminariste aux jarretières roses, son « accompagnant » qui expie du « fléau que nul ne nomme » et un jeune professeur d'arabe nommé Ben Sida.

Tous, portés par une narration simultanéiste aux méandres ophidiens, conjoignent les amours les plus sulfureuses et les terreurs modernes – nucléaire, fascisme, maladie inguérissable – aux extases de la fusion avec le Divin, analogues chez le saint espagnol et le derviche tourneur d'Islam.

■ Les vertus de l'oiseau solitaire, Juan Goytisolo, traduit par Aline Schulman, Editions Fayard, 195 pages, 1990, ISBN : 978-2213024912

Commenter cet article