Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les nuits de juillet, Jacques Siclier

Publié le par Jean-Yves

La mort du père


Une lettre anonyme, une adresse. Jean-François part à la recherche du père inconnu. Dans quelles circonstances est mort l'acteur célèbre dont l'image hante son existence ?


La version officielle est qu'Alexandre Brétigny s'est suicidé cette tristement fameuse nuit de juillet 1942, veille de la rafle du Vél'd'Hiv'.


Mais l'intrigue apparente du très beau roman de Jacques Siclier est un piège. L'enquête véritable du fils est de comprendre sa propre vérité. Les nuits de juillet se transforme lentement en un insolite roman d'amour, un éloge du bonheur.


Si Jean-François maintenant marié revient à Paris, c'est aussi pour retrouver Vincent, le seul homme qu'il ait aimé. Il a quarante ans : leur passion est intacte.


Les nuits de juillet mêle avec talent le passé et le présent : le souvenir imaginaire du père, la mort de la mère, le mariage de Jean-François et de Marceline, l'annonce de la naissance d'un deuxième enfant, les émouvantes retrouvailles des deux hommes.


Les nuits de juillet est l'histoire d'une longue naissance, celle de Jean-François qui admet que l'on peut aimer à la fois un homme et une femme, fonder une famille, que l'on peut faire exploser tranquillement les codes, ceux de l'hétérosexualité certes, mais aussi ceux de l'homosexualité qui exigent aussi que l'on choisisse son clan et s'y enferme.


La mort du père qui ne fut ni héroïque ni lâche, mais accidentelle, la mort du père enfin élucidée le fils ressuscite. Jean-François se détourne du terrorisme de la légende et se recrée, multiple et unique.


Une belle histoire et aussi un courageux témoignage : un homme peut aimer un autre homme en toute dignité, sans pour autant s'amputer des bonheurs communs à tous les êtres humains.


■ Editions Seghers, 1991, ISBN : 223210396X


Commenter cet article