Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lien de parenté, un film de Willy Rameau (1985)

Publié le par Jean-Yves

Le vieil homme et l'enfant dans un scénario original

 

Un bon vieux paysan, Victor Blaise (Jean Marais, inattendu et parfaitement bougon), sous le poids de ses soixante-douze ans et sa barbe fleurie, ne s'en laisse pas compter par les autochtones du sud de la France, des beaufs racistes si l'on en croit les résultats des élections législatives.

 

Le Loup solitaire s'accommode aisément de son train de vie, ses exigences sont toutes spirituelles et écologiques. Seul, un télégramme va déranger sa quiétude, il doit prendre en charge son petit-fils, Clément (Serge Ubrette), depuis longtemps installé à Londres, une âme urbaine élevée dans les faubourgs agités de la capitale. Clément est un sang mêlé, né du fils de Victor et d'une chanteuse jamaïcaine disparue quand Clément avait quatre ans.

 

Une nature ce garçon, bougeant comme un danseur de smurf, il ne mâche pas ses mots pour exprimer ses mécontements ou ses désirs.

 

Après la surprise et la consternation, c'est le désir qui, justement, alimente la deuxième partie du film.

 

Désir Charnel du voisin allemand homosexuel qui aimerait bien en faire son fils adoptif ; désir sensuel des jeunes filles en fleur qui aimeraient bien se faire culbuter par cet étalon des îles ; désir d'approche et de compréhension du vieux loup qui va apprivoiser l'oiseau.

 

Malgré quelques baisses de rythmes, le réalisateur Willy Rameau a visé juste. Une version inattendue de Vendredi et Robinson Crusoé.

 

Commenter cet article