Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les enfans de sodome à l'assemblée nationale [1790]

Publié le par Jean-Yves Alt

« On peut être bougre et citoyen » : Un ancêtre du manifeste de l’égalité des droits

On y fustige "la religion armée de son fouet politique" (le sabre et le goupillon). On réclame le droit à la différence ("les goûts sont dans la nature"). On y exige l'égalité devant la maladie, la cristalline comme aujourd'hui le sida, et on menace de lanterner. On s'organise à la manière parlementaire. Et tout ceci dans une écriture érotique et humoristique qui reste l'apanage des démarches dites aujourd'hui gaies. C'est le Gay Power.

Cette édition bénéficie d'un appareil scientifique de Patrick Cardon qui y a travaillé de nombreuses années.

Parmi les innombrables pamphlets qui ont circulé pendant les premières années de la Révolution, quatre exposent plus particulièrement des sortes de conflits que les institutions françaises tardent encore à problématiser : les conflits de genre. Les pamphlets imaginent que, sous la pression des femmes hétérosexuelles, l’Assemblée Nationale menace de persécuter les gays et les lesbiennes. On assiste, non pas à un affrontement sur la base des sexes (les rapports confictuels entre les hommes et les femmes), mais sur la base des genres (les rapports conflictuels entre personnes d’orientation sexuelle différente). C’est une proposition encore trop rare aujourd’hui qui nous est offerte par cette fin du XVIIIème siècle, celle de l’union des gays et des lesbiennes contre les hétérosexuels (nous modernisons les termes).

Ces pamphlets viennent d’être réunis et réédités sous le titre du premier par les éditions QuestionDeGenre/GKC : Les Enfans de Sodome à l’Assemblée Nationale. Datés de 1790 à 1791, c’est-à-dire des premières années « du rêve de la Liberté », selon le calendrier qui commence à la prise de la Bastille, ces pamphlets, tout en plagiant les décisions prises par les assemblées révolutionnaires, portent les revendications toujours actuelles de ce qu’on appelait alors les sodomites et les tribades.

Anonyme, Editions GayKitschcamp, mars 2005, ISBN : 2908050609

Sept articles dont l’actualité reste entière

Le premier pamphlet, Les Enfans de Sodome à l’Assemblée Nationale, se présente sous la forme d’un Cahier de Doléances issu d’un groupe d’anti-physiques, à savoir les amateurs du cul - ou culistes ou encore anti-conistes. Ce pamphlet demande à l’Assemblée Constituante d’inclure dans leurs travaux l’égalité des droits avec les fouteurs et les jean-foutre. Les sodomites, « ordre fameux » mais tranquille, sont convoqués à une assemblée générale pour élire des députés et faire adopter les statuts de leur ordre. Une déclaration tonitruante de la Tabouret fait admettre les femmes sodomites et les tribades. Le discours de réception de premier élu mérite toute notre attention. Il défend ce qu’il nomme l’antiphysique contre ce que les ignorants nomment « bougrerie » et les juristes « bestialité ». Il en appelle aux Lumières pour détruire les préjugés à son égard et dresse une liste de martyrs du sabre et du goupillon, « la religion armée de son fouet politique ». Il déclare qu’en droit le concubinage n’est pas plus naturel que l’antiphysique et que l’on doit donc accorder à tout homme le droit de s’unir et de se désunir ; et qu’en religion Jésus a donné le chemin en indiquant Jean comme son favori.

Le décret élaboré énumère sept articles dont l’actualité reste entière. Ces articles restent avant-gardistes concernant la liberté de l’orientation sexuelle : liberté d’aller et de venir, création d’un délit d’homophobie, liberté d’user d’un sexe ou d’un autre, égalité d’accès et de traitement pour les malades, lancement des études gays et lesbiennes par l’impression d’un « traité élémentaire de l’antiphysique ».

Le dernier lance les fondations de la constitution de l’ordre à l’image de l’Assemblée Nationale… Lire la suite

Par Patrick CARDON, Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques (relations internationales), Docteur ès-lettres et civilisation française, Directeur de GAYKITSCHCAMP

Commenter cet article