Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand Stendhal illustrait Le Guerchin

Publié le par J3an-Yves

« Mathilde parut au milieu d'eux en longs vêtements de deuil, et, à la fin du service, leur fit jeter plusieurs milliers de pièces de cinq francs.


Restée seule avec Fouqué, elle voulut ensevelir de ses propres mains la tête de son amant. Fouqué faillit en devenir fou de douleur.


Par les soins de Mathilde, cette grotte sauvage fut ornée de marbres sculptés à grands frais, en Italie.


Mme de Rênal fut fidèle à sa promesse. Elle ne chercha en aucune manière à attenter à sa vie; mais trois jours après Julien, elle mourut en embrassant ses enfants. » (1)



Le Guerchin (Francesco Barbieri dit) – Salomé recevant la tête de saint Jean-Baptiste – vers 1637

Huile sur toile, 139cm × 175cm, musée des Beaux-Arts, Rennes


(1) Le rouge et le noir, Stendhal, Tome II, chapitre XLV



Juste après l'exécution de Julien, Fouqué (son ami de toujours) rachète son corps au bourreau. Mathilde demande à voir la tête du père de son enfant, puis empoigne la tête de Julien et l'embrasse au front. Elle enterrera elle-même la tête à côté de sa tombe, dans une grotte située non loin de Verrières où Julien avait l'habitude de s'installer. Leur enfant aurait dû être pris en charge par madame de Rênal, mais celle-ci meurt trois jours après Julien. (source Wikipédia)


Commenter cet article