Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur les quais, Ingrid Chabbert et Anne Loyer

Publié le par Jean-Yves

Ce roman commence sereinement : les premières phrases coulent, simples et définitives. Le lecteur découvre rapidement une autre dimension bien plus pathétique.

 

Ce récit sublime est pourtant une histoire banale : rien d'autre que la vie et la mort.

 

Depuis la mort de son père, Lisbeth, adolescente, est devenue le seul soutien de sa mère. Cette dernière est inconsolable du décès accidentel de son époux.

 

Lisbeth choisit de changer de collège pour sa rentrée en classe de quatrième. Elle rencontre, dans sa classe, Jeanne qui vit avec ses trois jeunes frères et sa mère « copine » qui ne sait imposer aucune règle à la maison.

 

Jeanne a un corps bâti pour aimer la vie et quand le quotidien devient trop pénible, elle sait s'offrir des voyages intérieurs et extérieurs, là où les espoirs se sauvent des cauchemars. Jeanne peut donc éclairer le quotidien de Lisbeth. Une amitié, qui ne cesse de s'interroger, va naître. Ce roman à deux voix montre que la musique des mots est un mystère toujours poignant.

 

null« J'ai encore la tête dans les étoiles et le feu aux joues. Je n'ose pas la regarder, pourtant j'en meurs d'envie. Je ne sais pas comment c'est arrivé. Enfin si, je le sais. Naturellement. C'est arrivé naturellement. J'avais attendu ce moment sans le savoir.

La douceur de ses lèvres m'a transportée sur un nuage dont je ne veux pas descendre. […]

— Bon, on en parle ?!

— Je... je...

— Tu, tu, TU QUOI ?!

Je dépose un baiser sur sa joue en guise de réponse gênée.

— Ça te va ?

— Ça marche pas comme ça, Jeanne. Faut qu'on en parle !

— Je sais... C'est juste que... c'est bizarre...

[…] J'ai la trouille en fait. Pas très courageuse, la fille. Mais aimer, ça demande du courage aussi. Je crois. […]

— Tu sais, pour moi aussi c'est la première fois... J'veux dire, jusque là, j'ai jamais été attirée par une fille !

— Moi non plus...

— Mais je me sens bien...

— Moi aussi !

Mon sourire s'épanouit, en écho au sien. Nos doigts s'entrelacent. Oui, on est bien. » (pp. 93/95)

 

La rencontre des deux adolescentes se transforme, tout au long de ce court roman, en miracle : les mots inventent un bonheur au bord des larmes, à rendre jaloux les dieux qui ont infligé aux hommes une souffrance qui leur échappe. Le regard que portent les deux adolescentes sur leur entourage est d'une justesse étonnante.

 

« Sur les quais » est – au-delà du souvenir de la difficile expérience d'une adolescente – l'apprentissage de l'amour et aussi des petitesses qui côtoient les moments les plus beaux de la vie.

 

■ Editions Les Lucioles, Triel-sur-Seine, 112 pages, novembre 2011, ISBN : 978-2919472062

 


Lire aussi la chronique de Lionel Labosse

 

Commenter cet article