Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Equilibre instable

Publié le par Jean-Yves

Dans cette sculpture que j'isole ici volontairement de son contexte, Marie semble se courber sous le poids de son fils. Son corps fléchit du côté de son enfant, s'arque pour offrir un flanc affaibli. Jésus n'est certes pas lourd mais sa masse reste tout de même fatigante.


Une mère oblique ; un enfant petit, pesant et en position instable ; les deux ne s'adressant aucun regard.


Avec ce mouvement déporté sur le côté, avec ce bassin féminin qui dévie de sa royale position centrale par rapport aux représentations des siècles précédents, je vois un périlleux travail de poussées et contre-poussées : une difficile recherche d'équilibre entre deux corps qui ne sont pas très stables et qui pourraient se faire du mal l'un à l'autre.



L'enfant pourrait blesser, épuiser sa mère avec son poids déplacé, sans soutien propre, un poids inexorable. La mère pourrait gêner l'enfant, par son incapacité à rester bien droite, avec cette façon de ne pas savoir se tenir, de ne pouvoir rien porter convenablement, cette façon de tenir passionnée certes, mais précaire.


Souffrance et effort réciproques créent un équilibre fragile et invincible. Marie et Jésus se parlent par la pression de leurs corps, par l'effort que chacun exerce, l'un pour retenir, l'autre pour ne pas tomber.



Pierre Journiac - Elément du retable latéral gauche – Eglise d'Apchon (Cantal)

Bois doré et polychrome – fin du XVIIe


L'enfant ne bénit pas, n'absout pas. Il n'y a pas de supplique ou de prière qui puisse dépasser l'axe établi par leurs regards.


La mère ne montre pas l'enfant. Leur lien semble inexplicable. Il y a, entre eux, comme un secret.


Commenter cet article