Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon gourou et son disciple, Christopher Isherwood

Publié le par Jean-Yves

« Mon gourou et son disciple » poursuit l'entreprise autobiographique de l'auteur du célèbre Adieu à Berlin. Le livre débute en 1939 à l'arrivée d'Isherwood, accompagné de son ami poète Wystan Auden, aux États-Unis. Après un court séjour à New York, Christopher vient s'établir en Californie.

 

À Los Angeles, son idéal pacifiste l'amène à rencontrer le Swami Prabhavananda (nom religieux hindou qui signifie « celui qui trouve la félicité dans la source de toute création »). Lui qui considérait les hindous « comme des camelots du mystère, d'une sentimentalité éhontée, aux mômeries plus ridicules que sinistres », il fait l'apprentissage de la méditation et devient en février 1943 moine novice ou, plus prosaïquement, « apprenti-moine ».

 

Dès lors, il mène une vie communautaire partagée entre les obligations religieuses, l'enseignement du Swami et la traduction des livres saints, tels que la Gîtâ.

 

Fin août 1945, il quitte le Centre et effectue un long voyage en Amérique du Sud et en Europe avec son nouvel ami. Tourmenté par sa propension au renoncement monastique que son enracinement sensuel dans le monde l'empêche de réaliser, il ne cessera pas jusqu'à la mort de son gourou en juillet 1976 de le rencontrer presque quotidiennement et de rester très proche de son enseignement. Ils feront même tous les deux un pèlerinage en Inde.

 

Lorsque Christopher Isherwood rencontre Don Bachardy, il en tombe éperdument amoureux ; de trente ans son cadet, celui-ci s'initiera également auprès du Swami Prabhavananda.

 

Durant ces trente-cinq années passées auprès du Swami Prabhavananda, Christopher Isherwood travaille comme scénariste pour les studios d'Hollywood. Il se lie d'amitié avec Aldous Huxley, Tennessee Williams. Mais son propos n'est pas d'écrire un recueil de mémoires. Il est plutôt de faire partager une expérience essentielle de son existence (« si je n'avais pas rencontré (Swami), ma vie n'aurait été que néant ») : il l'explique ainsi dans sa conclusion :

 

« Je ne puis [...] offrir que ce livre qui traite de questions que je ne comprends qu'en partie, dans l'espoir qu'il parviendra par un moyen quelconque à faire entrevoir à certains lecteurs une vérité intérieure qui reste cachée à son auteur. »



■ Éditions Flammarion,1992, ISBN : 2080644424

 


Du même auteur : Adieu à BerlinLe Lion et son OmbreUn homme au singulierRencontre au bord du fleuveOctobre

 

Commenter cet article