Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pente douce, Joseph Hansen

Publié le par Jean-Yves

Si bas qu'on soit tombé, il y a souvent encore quelques marches à descendre pour toucher le fond. Tel pourrait être le résumé de Pente douce.



Comme toujours dans les romans de Joseph Hansen, la description des modes de vie gays fournit le contexte et les ressorts dramatiques du récit. Mais l'absence de Dave Brandstetter, l'enquêteur d'assurance homosexuel qu'on retrouve habituellement de livre en livre, modifie notablement la tonalité de cet ouvrage.


Ici, on quitte le cadre policier traditionnel cher à Hansen : meurtre ou disparition, enquête et mise à jour des mobiles des personnages, puis découverte du coupable.


"Pente douce" relève plutôt du roman noir, radioscopie impitoyable d'un enchaînement logique qui mène un faible à la déchéance morale et au crime...


L'intérêt et l'absence d'amour sont les ingrédients d'une spirale qui conduit Cutler, ex-auteur de pornos gays et homme de compagnie de Moody, agent littéraire âgé et malade, à tuer son bienfaiteur pour hériter plus vite. Mais dans une tragédie, le bourreau devient parfois victime : l'amour fou qu'il éprouve pour Pelletier, bel et jeune arriviste, le conduit peu à peu à renoncer à toute dignité, à tout respect de soi et donc des autres.


Juste retour des choses, Cutler se retrouve exactement dans la situation de Moody. Ensuite c'est la lente descente vers l'abjection, chaque forfait en entraînant un autre, tandis que dans la maison voisine, Véronique, jeune bourgeoise cynique et désœuvrée, s'envoie en l'air avec Pelletier.


A un moment, l'espace de deux brefs chapitres, le noir s'estompe un instant au profit de la rencontre lumineuse de Cutler avec Eduardo, un jeune Mexicain qui lui apporte calme et tendresse... Mais Pelletier veille. Et la spirale se referme sur Cutler : il n'y aura ni espoir ni rédemption.


"Pente douce" est un chef-d'œuvre, où les événements s'enchaînent avec une logique imparable et où les personnages rivalisent de noirceur : j'ai été stupéfié par la cruauté des ultimes répliques du roman.


■ Editions Rivages, Collection Rivages noir, 1989, ISBN : 2869302762



Du même auteur : Les mouettes volent bas - Le garçon enterré ce matin - Un pied dans la tombe - Par qui la mort arrive - Petit Papa pourri


Lire aussi sur ce blog :

Joseph Hansen et son détective homosexuel, Dave Brandstetter


Hommage à Joseph Hansen et chroniques brèves des romans : Le poids du monde - En haut des marches - Les ravages de la nuit


Commenter cet article