Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le mal d'amour, Vincenzo Cerami

Publié le par Jean-Yves Alt

Le jeune Tommaso a quitté une vie promise à la gloire ecclésiastique pour se consacrer à la recherche médicale. Cette histoire se passe dans un temps éloigné (XVIe siècle ?) : l'Italie est sous la domination des États pontificaux.

Tommaso se retire dans l'hospice de San Clemente, un lazaret oublie du monde, où végètent quelques lépreux. Mais une nouvelle épidémie terrorise le monde : la syphilis, mal par la chair répandu, mal qui désigne les prostituées des bas quartiers de Rome et leurs clients, mal qui se propage. Les contaminés sont jugés, exclus et enfermés.

Une demi-douzaine de ces nouveaux pestiférés arrive au lazaret dirigé par Tommaso qui a définitivement rompu avec son ancienne existence. Parmi eux : un géant de presque deux mètres... ancien escroc, un sodomite peureux et capricieux, une prostituée dont les pratiques incluaient des épisodes d'une scélératesse et d'une obscénité incroyables, un tout jeune homme à l'évanescence de page toujours étonné qui attendrissait les mélancoliques et les hommes solitaires.

Et il y a Bianca Maria, magnifique, jeune, sauvage. Si Tommaso connaît les dossiers des syphilitiques qui lui sont amenés, il flotte autour de la jeune fille un mystère qu'il veut déceler, brusquement arraché à sa torpeur par l'amour et le désir.

Le roman de Vincenzo Cerami est brutal et tendre, tout à la fois, remarquablement écrit autour d'un suspense amoureux et érotique. L'atmosphère de jalousie, de cruauté et de violence sexuelle qui règne dans le lazaret où sont mélangés lépreux et syphilitiques est décrite sans concessions. L'amour angoissé de Tommaso et de Bianca Maria explore les manifestations exacerbées du désir que traque la folie : le médecin veut-il posséder la jeune fille ou le mal qui la consume ?

Ce roman étonnant ose dire le corps atteint par la mort, la volupté de la transgression, la jouissance du péché, dans le climat baroque des obsessions médiévales autour d'un dieu crucifié.

■ Le mal d'amour, Vincenzo Cerami, Éditions Payot, 1991, ISBN : 2228883255

Voir les commentaires

Déclaration énigmatique de Stendhal

Publié le par Jean Yves Alt

« Je vois avec plaisir que je suis encore susceptible de passion. […] J'étais [au théâtre] à côté d'un jeune officier russe [...]. Cet aimable officier, si j'avais été femme, m'aurait inspiré la passion la plus violente, un amour à l'Hermione. J'en sentais les mouvements naissants ; j'étais déjà timide. Je n'osais le regarder autant que je l'aurais désiré. Si j'avais été femme, je l'aurais suivi au bout du monde. Quelle différence d'un Français à mon officier ! Quel naturel, quelle tendresse chez ce dernier ! »

Stendhal (Henri Beyle, dit)

Journal, 26 mai 1814

Voir les commentaires

Seul, à deux ou à plusieurs par Léonard de Vinci

Publié le par Jean-Yves Alt

« Encore que la prospérité du corps ne nuise pas à celle de l'esprit, le peintre ou le dessinateur doit être solitaire, surtout pendant les périodes de ses spéculations et recherches qui sans cesse se présentent à ses yeux, qui enrichissent sa mémoire et qu'il met en réserve. Si tu es seul, tu seras tout à toi, si tu as un compagnon, tu ne t'appartiendras qu'à moitié, et même moins selon l'indiscrétion de son commerce. Si vous êtes plusieurs, l'inconvénient augmente. Tu as beau dire : je ferai à ma guise, je resterai à part pour mieux chercher la forme des choses naturelles, je te le dis, tu n'y réussiras pas car tu ne pourras fermer l'oreille à leurs bavardages... »

Léonard de Vinci

in Léonard de Vinci ouvrier de l'intelligence, Claude Bérence, Payot, 1938

Voir les commentaires

Nous étions l'Histoire en marche, Felice Picano

Publié le par Jean Yves Alt

L'Histoire, c'est celle de la communauté gay américaine depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale jusqu'aux années 80. Le talent de Felice Picano, c'est d'avoir inventé une fiction dont les héros sont deux cousins « pédés » et d'avoir placé leurs trajectoires au milieu de tous les évènements qui ont participé activement à la libération sexuelle et à l'affirmation des gays. Un simple exemple : pendant qu'Alistair s'éteint à cause du sida, Roger, le narrateur, participe à un zap d'Act Up, dont il est l'un des principaux acteurs.

Felice Picano est tout à la fois un chroniqueur tendre, totalement partial, souvent en colère. Il n'oublie pas la découverte par ses personnages de leur sexualité, leurs amours, leurs ruptures et réconciliations :

« Je commençai à embrasser la peau douce de son torse pratiquement imberbe, mordillant légèrement ses mamelons, puis je glissai vers son nombril. Ses dessous de bras étaient également presque dépourvus de poils, et ils dégageaient une odeur de musc presque sucrée. Je poursuivis mon chemin vers l'unique ligne de poils sombres sous son nombril, jusqu'à sa ceinture. Je regardai son visage : ses yeux étaient encore fermés, et ses lèvres bougeaient comme en un discours silencieux.

Sans éloigner ma bouche de lui, lentement, si inexorablement qu'il en fut à peine conscient, je défis la boucle de sa ceinture, puis assez doucement pour qu'il ne le remarque pas, j'ouvris le bouton de métal de son pantalon en velours côtelé, puis je dirigeai ma bouche de plus en plus bas tout en descendant délicatement sa fermeture éclair. Cord portait un short blanc immaculé de type Jockey, d'une marque que je ne connaissais pas. Je crus qu'il était sur le point de dire quelque chose, de m'empêcher de faire ce que je faisais, alors je me mis rapidement à embrasser le gonflement dans son sous-vêtement, jusqu'à ce qu'il durcisse et épaississe. Quelques secondes plus tard, il cédait et m'aidait à descendre son pantalon. Je n'éloignai pas ma bouche tant qu'i1 ne fut pas complètement dévêtu. » (p. 222)

L'humour décalé des personnages se conjugue à merveille à la puissance de l'évocation de la condition homo dans toute sa diversité. De Woodstock, à l'explosion du disco, de la consommation de drogues, aux fêtes fastueuses de Fire Island, de la vie folle à San Francisco à la bohème de Grenwich Village, jusqu'à la naissance d'Act Up il y a dans cette véritable fresque tous les espoirs, et tous les désenchantements de cette génération.

■ Nous étions l'histoire en marche, Felice Picano (Like People in History, Viking Penguin, 1995), Editions Stanké, coll. L'Heure de la sortie, 2001, ISBN : 2760407373

Voir les commentaires

« Cartes du corps » ou « Liberté & Homosexualité », travail photographique de Daniel Nassoy

Publié le par Jean-Yves Alt

Daniel Nassoy vous invite à découvrir son travail photo « Cartes du corps » ou « Liberté & Homosexualité » qu'il exposera au Bar La Mine à Paris du 12 janvier au 15 février 2016 et aussi au Festival Européen de la Photo de Nu à Arles du 6 au 16 mai 2016.

Daniel Nassoy découvre la photographie en photographiant Paris en argentique noir et blanc et en développant lui-même ses photos.

La trajectoire de « photo’graphiste » de Daniel Nassoy a commencé par la création avec des moyens très simples – quelques lumières, une tenture noire – d’un petit théâtre nocturne où il a exploré les corps nus masculins. De nombreux modèles se sont prêtés à ce jeu fantasmatique, où l’objectif tendait un miroir aux désirs et aux rêves de chacun.

Depuis 2014, Daniel Nassoy travaille sur une série plus revendicative « Cartes du corps » pour soutenir le combat contre l’homophobie, le rejet et la condamnation des personnes LGBT.

« Liberté et homosexualité »

Les cartes du corps de Daniel Nassoy

Se nombreux pays condamnent de nos jours l'homosexualité, où la peine de mort est encore appliquée.

Dans un rapport publié le 25 juin 2013, Amnesty International pointe du doigt la montée des agressions, emprisonnements et crimes dont sont victimes les personnes homosexuelles et transsexuelles.

Daniel Nassoy réalise un travail photographique de nus masculins avec incrustation de drapeaux et cartes des pays où la peine de mort est encore appliquée lorsque l'on est homosexuel(le) ou transsexuel(le). Il travaille aussi sur d'autres pays où il reste encore beaucoup à faire. Etc.

Le photographe travaille également avec les drapeaux et cartes des pays où l’homosexualité est un droit et où le mariage des couples homosexuels est légalisé.

« Cartes du corps » ou « Liberté & Homosexualité », travail photographique de Daniel Nassoy

Les cartes deviennent alors les veines des corps ou parfois les meurtrissures dans lesquels elles se retrouvent incrustées.

En savoir plus

cartes du corps from MenOf MyDreams on Vimeo.

Voir les commentaires