Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Go fish, un film de Rose Troche et Guinevere Turner (1995)

Publié le par Jean-Yves Alt

Il y a Camille, alias Max, écrivains en herbe en quête du grand amour, qui ne cesse de rebattre les oreilles de ses condisciples avec son célibat, particulièrement celles de Kia, sa colocataire.

Il y a Kia, enseignante, qui sort depuis trois mois avec Evy, infirmière récemment divorcée.

Il y a Evy qui habite chez sa mère tout en essayant de se débarrasser une bonne fois pour toutes de son ex-mari.

Il y a Daria, la tombeuse de la ville, qui brise en moyenne un cœur par semaine. C'est facile : elle travaille dans un bar de filles.

Enfin il y a Ely, assistante vétérinaire, dont la copine habite dans une autre ville, qui vit avec Daria.

Est-ce que Daria et Ely couchent ensemble ? Non. Mais tout le monde le croit.

Résumons : si Kia et Evy sont ensemble, Daria avec tout le monde, Ely avec ses appels longues distances et Max en tête à tête avec sa solitude, quelles sont les probabilités pour que Max et Ely sortent ensemble, sachant que les trois autres conjuguent tous leurs efforts pour qu'elles y parviennent ?

Go fish, un film de Rose Troche et Guinevere Turner (1995)

Ce film repose sur la drague et le désir, l'amour et l'amitié, l'humour et la dérision. C'est une chronique du quotidien, avec ses petits problèmes, ses coups de gueule, ses angoisses et ses grands éclats de rire.

Une simplicité qui n'est en rien la preuve d'un manque d'imagination des auteures. Leur manière d'appréhender les personnages, remarquablement interprétés, chacun étant parfaitement ancré dans son rôle, le déroulement presque en huis clos de l'action, mâtiné d'un certain suspens, montre à l'inverse une parfaite maîtrise du sujet.

Voir les commentaires

Tout fout le camp !, Dan Kavanagh

Publié le par Jean-Yves Alt

Dan Kavanagh est un pseudo de Julian Barnes. « Tout fout le camp ! » amène le privé londonien, Duffy, à s'offrir une partie de campagne toute professionnelle à Braunscombe Hall, superbe résidence de Vic Crowther, financier douteux à la retraite.

La satire des années Thatcher est féroce : le « châtelain », ironique modèle du « self-made man », a épousé une star du porno chic et choc, et vit entouré de parasites impécunieux et névrosés : fille accrochée à la cocaïne, fils attardé à sa maman et ex-gangster se piquant de sociologie...

Cette faune branchée, souvent drôle, est peu sympathique et même Nicki, la gamine de Vic, est détestable !

Tout fout le camp !, Dan Kavanagh

Kavanagh brosse également deux portraits d'homosexuels odieux, peu susceptibles d'attirer la sympathie du lecteur.

« Tout fout le camp ! » confirme cependant que la sexualité, lorsqu'elle est décriée sinon criminalisée, peut déboucher sur la psychose et le crime.

■ Tout fout le camp ! (Going to the Dogs) de Dan Kavanagh, Editions du Seuil, Points Policiers, 216 pages, 1982, ISBN : 978-2020198592

Quatrième de couverture : Il se passe des choses bizarres à Braunscombe Hall. Et le jour où on y découvre un "cadavre" dans la bibliothèque, le maître de maison charge Duffy – le privé cher à Kavanagh – de les élucider. Voici donc notre Duffy, ex-flic prolétaire et londonien, bisexuel de surcroît, condamné à mener la vie de château au milieu d’une bande de rupins qui lui paraissent aussi étranges que l’air insupportablement vierge de toute senteur urbaine. Son apparente naïveté face aux mœurs d’une semi-haute société de parvenus ne nuira en rien au succès de son enquête, et de cette confrontation naît une série délectable de portraits où un humour sarcastique se teinte aussi de tendresse.


Du même auteur : La nuit est sale - Arrêt de Jeu

Voir les commentaires

Beauté plastique et engagement social par Paul Strand

Publié le par Jean-Yves Alt

« Quand la France se met en colère, le monde se met en mouvement. »

Telles sont les premières lignes qui accompagnent cette image culte de Paul Strand (1890-1976), encore trop souvent montrée hors contexte.

Publiée en 1952 dans la « France de profil », puissante radiographie en images et en textes de la France des années 1950 conçue en collaboration avec l'écrivain Claude Roy – et en forme d'hommage à Atget –, cette photographie d'un troublant jeune homme au regard révolté condense tout l'art de Paul Strand : beauté plastique et engagement social.

Beauté plastique et engagement social par Paul Strand

Paul Strand – Young Boy – Gondeville, Charente, France, 1951

Des États-Unis au Ghana, de l'Italie aux Nouvelles-Hébrides, le globe-trotter américain, exilé pour cause de maccarthysme, aura passé des décennies à décrire ce qui est constitutif d'une terre : ses hommes et ses paysages.

Formé par Lewis Hine puis proche d'Alfred Stieglitz, Strand a vite abandonné la veine pictorialiste puis abstraite de ses débuts pour verser dans cette image de rue documentaire, humaniste et engagée – il sera notamment le photographe officiel du gouvernement révolutionnaire mexicain (1933).

Voir les commentaires

Henry V, un film de Kenneth Branagh (1989)

Publié le par Jean-Yves Alt

Henri V fait partie de ce grand cycle des chroniques historiques shakespeariennes, dont les titres portent les noms des rois qu'elles évoquent (Richard II, Henri IV, V, VI, Richard III, etc.). Schématiquement, elles embrassent la lutte pour la couronne d'Angleterre, de la fin du XIVe siècle aux dernières années du XVe.

Dans cet épisode-ci comme dans tous les autres, ce qui est montré, à l'état pur, de façon absolument charnelle, c'est le pouvoir : le pouvoir, ici, a des yeux pour pleurer de rage ou de honte, des mains pour frapper, étreindre, des paroles sculptées, dans le vers élisabéthain pour galvaniser, séduire, bannir, flatter.

C'est cela qui est fascinant et bien restitué, dans ce film qui n'appartient à aucun genre préétabli (ce n'est ni du théâtre filmé, ni un « grand spectacle », ni une tragédie version cinéma) : cette matérialisation, dans le verbe, de la volonté de puissance, du désir de souveraineté.

Kenneth Brannagh (un des interprètes de Another Country, aux côtés de Rupert Everett) l'a compris, en adaptant ce drame au cinéma, sans toucher au « livret » et en incarnant lui-même le rôle du jeune monarque britannique. Gérard Depardieu sans doute également, en assurant le doublage du rôle-titre, et en s'assurant d'être convenablement entouré pour la version française.

Le foisonnement et la somptuosité de la langue trouvent leur équivalent visuel dans des images aux tons ocrés, dilués, comme sous les feux d'une rampe imaginaire, qui serait, en quelque sorte, l'éclairage onirique de la légende.

Henry V, un film  de Kenneth Branagh (1989)

Même pour raconter la bataille d'Azincourt revisitée par le génie shakespearien, il n'est pas facile d'être épique pendant plus de deux heures sans jamais sacrifier aux effets pompiers ou aux morceaux de bravoure « trompettes et confettis ». C'est pourtant ce à quoi parvient Kenneth Brannagh, préférant les plans rapprochés aux panoramiques, les anatomies aux foules et, dans les scènes de bataille, immobilisant les mouvements comme sur les « grandes machines » de la peinture classique, dans des ralentis extrêmement denses.

Cette stylisation, qui fait écho au maniérisme de la langue, est servie par le jeu très structuré de tous les protagonistes. L'action ne renvoie au plateau de la scène qu'à travers les intermittentes apparitions du narrateur (Derek Jacobi) dans le clair-obscur des coulisses d'un théâtre élisabéthain, propulsant l'imagination du spectateur, précisément, vers ce lointain « théâtre des événements ».

Reste à dire, pour finir, que le film « Henri V » est une pièce très belliqueuse, très mâle, un drame entre hommes et pour les hommes. Et, cela aussi, sans ostentation, Kenneth Brannagh l'a fort bien compris.

Voir les commentaires

L'homme qui devint femme, Sherwood Anderson [1926]

Publié le par Jean-Yves Alt

Dans le fascicule 18-19 des Cahiers du mois, publié en 1926 par les Editions Emile-Paul Frères, le lecteur découvre une traduction de trois nouvelles de Sherwood Anderson, intitulées respectivement « L'homme qui devint femme », « Débris » et « Histoire de l'homme ».

C'est la première de ces trois nouvelles qui présente un intérêt ici.

Dans sa préface, Bernard Faÿ (le traducteur) indique que Sherwood Anderson, à l'âge de seize ans, alla à Chicago où il mena la vie de vagabond, « bricolant sur les champs de courses comme palefrenier, adorant les chevaux et la race étrange d'hommes qui fréquent ces lieux » (p. 10). Or, dans son récit, Sherwood Anderson raconte précisément l'aventure dont il a été lui-même le héros à ce moment-là, car l'homme qui devint femme, ce fut lui, un certain soir...

Voici l'histoire : l'adolescent, qui n'avait jamais eu de rapports sexuels avec qui que ce soit, se prit de passion pour le jeune Tom, un lad comme lui :

« A dire vrai, je suppose que je m'étais mis à aimer Tom Means, qui avait cinq ans de plus que moi ; mais je n'aurais jamais osé le lui dire alors. Les Américains sont honteux et timides quand il s'agit de dire une chose comme cela ; un homme là-bas n'ose pas reconnaître qu'il aime un autre homme, je m'en suis rendu compte ; ils ont peur de se l'avouer à eux-mêmes. A mon idée, ils ont peur que ça puisse être pris pour quelque chose d'autre, que ça n'est pas du tout. » (p. 23)

Et comme il ne se passe rien entre son camarade et lui, il laisse son imagination vagabonder par un étrange chemin de traverse, se plaisant à rêver qu'il est une femme et que le cheval dont il a la garde est un homme ; il aime alors cajoler le cheval, lui prodiguer des caresses, frotter sa joue contre le naseau de l'animal...

« C'est quelque chose en nous qui veut être grand et important et imposant et qui ne veut pas nous laisser être tout simplement comme peut être un cheval, ou un chien ou un oiseau. Par exemple "Hardi mon gars" [nom d'un cheval] avait gagné une course ce jour-là. Ça lui arrivait rudement souvent cet été-là. Eh bien, il n'était ni fier comme j'aurais été à sa place, ni avachi intérieurement non plus. Il était tout simplement lui-même, et il faisait ce qu'il faisait avec une sorte de simplicité. Voilà comment était Hardi mon gars et je pouvais sentir ça en lui, quand je marchais avec lui doucement dans l'obscurité qui tombait. Je pénétrais à l'intérieur de lui, d'une certaine façon que je ne puis expliquer, et il pénétrait en moi. Souvent nous nous arrêtions de marcher sans raison et il mettait son naseau contre ma figure. J'aurais voulu qu'il soit une jeune fille quelquefois, ou être moi une jeune fille et lui un homme. C'est une drôle de chose à dire, niais c'est un fait. A rester avec lui comme ça si longtemps, et d'une façon si tranquille, ça me faisait un peu de bien à l'intérieur. Souvent, après une soirée comme celle-là, je dormais très bien et je n'avais pas ces sortes de rêves dont j'ai déjà parlé. » (pp. 40-41)

L'homme qui devint femme, Sherwood Anderson [1926]

Un soir, les autres lads quittent l'écurie pour aller faire la noce dans un village assez éloigné et le laissent seul. A force de penser qu'il est une femme, il arrive à s'en convaincre, et dans un estaminet proche où il va boire un whisky, il se regarde dans une glace et croit se découvrir un visage de jeune fille ; il est alors affolé à la pensée qu'il est devenu réellement femme et s'imagine que les hommes attablés auprès de lui dans le cabaret vont lui courir après. A noter qu'il est vaguement conscient de son homosexualité latente, puisque pour apaiser sa conscience il éprouve le besoin de s'exclamer en lui-même :

« Je ne suis pas une tapette ! » (p. 53)

Il quitte précipitamment le bistro et sous une pluie battante rentre à son écurie. Ne disposant pas de vêtements de nuit, il doit se dépouiller de tout son linge trempé par l'ondée et se rouler tout nu dans une couverture pour passer la nuit dans le foin. A peine vient-il de s'endormir qu'il est réveillé par deux de ses camarades qui rentrant ivres du village et l'apercevant nu, veulent lui faire subir les derniers outrages ; ils lui disent en bafouillant :

« T'en fais pas, bébé en sucre. On va pas te faire de mal. » (p. 67)

Toujours sous le coup de son obsession, il pense que les deux lads le prennent pour une femme :

« Mon corps était bien blanc et mince dans ce temps-là, comme le corps d'une jeune fille, je suppose. » (p. 66)

Bref, il n'a d'autre ressource que de chercher son salut dans la fuite et c'est dans le costume d'Adam qu'il doit, sous une pluie torrentielle, traverser des cours, des champs, des herbages, pour échouer finalement dans l'enclos des moutons, auprès desquels il trouve chaleur et sommeil pour le reste de la nuit. Mais le matin, il devra, entièrement nu, regagner son box sous les huées de tous les autres garçons d'écurie, ce qui le déterminera, dans sa honte, à quitter immédiatement son emploi.

■ L'homme qui devint femme, Sherwood Anderson, traduction par Bernard Faÿ, Editions Emile Paul Frères, Les Cahiers du Mois n°18/19, 190 pages, 1926, pp. 17 à 77


A lire dans les commentaires un article de Benjamin Crémieux paru dans "La Nouvelle Revue Française" n°170 du 1er novembre 1927, pages 694-698

Voir les commentaires